MONS

Le centre-ville de Mons limité à 20 km/h

Le centre-ville de Mons limité à 20 km/h

La signalétique «zone de rencontre» fera bientôt son apparition dans tout l’intramuros montois. -

Grâce aux mesures de distanciation, piétons et cyclistes deviennent prioritaires dans l’intramuros montois.

Les règles de distanciation sociale impliquent plus d’espace pour les piétons, notamment devant les magasins où les files se forment sur les trottoirs parfois bien étroits. C’est le cas dans le centre-ville historique de Mons.

Alors pour que chacun puisse attendre à bonne distance du client voisin, il faudra déborder sur des zones actuellement dévolues aux voitures.

C’est pourquoi «l’ensemble de la zone intramuros du centre de Mons sera dès lors converti en zone de rencontre», annonce l’Échevine de la Mobilité Charlotte De Jaer. «Celles-ci permettront aux piétons et aux cyclistes de circuler de manière prioritaire sur l’intégralité de la voirie, chaussée comprise, en limitant la vitesse de tous les véhicules à 20 km/h.»

Il existe quelques rues à Mons déjà réglementées comme tel, comme la rue des Marcottes, mais voir tout le périmètre de l’intramuros, soit la ville historique ceinte par les boulevards, passer en zone de rencontre est un fameux chamboulement après plus d’un demi-siècle de domination de la voiture.

Cette décision est motivée par la volonté de proposer des alternatives de déplacements aux Montois, alors que l’usage des transports en commun sera fortement conditionné par le respect des règles de distanciation.

Des itinéraires cyclables sécurisés pour rejoindre le centre-ville

«Dans de nombreuses villes en Belgique et ailleurs dans le monde, des pistes cyclables temporaires ont été rapidement mises en place pour réduire la discontinuité cyclable et permettre à de nouveaux usagers d’utiliser le vélo avec plus de sécurité en cette période particulière. Nous souhaitons nous inscrire dans la même démarche», poursuit l’échevine.

Concrètement, les services de la Ville vont dans les prochains jours travailler de concert avec le SPW à la mise en place de pistes cyclables sur des voiries essentielles du maillage urbain. Par exemple, ils se pencheront sur l’aménagement d’une piste bidirectionnelle continue sur l’ensemble de la Grande Voirie et ses accès.

La faisabilité de ce type de dispositif sur des axes tels que la N51 ou la route de Wallonie sera aussi étudiée. Quant aux travaux tant attendus de la route Industrielle à hauteur d’Obourg, dont on parle avec insistance depuis le funeste accident ayant coûté la vie à un cycliste, ils vont pouvoir débuter courant juin.

Pour sécuriser les itinéraires cyclables, il sera aussi nécessaire de travailler à la réduction de la vitesse. Outre le passage à une zone à 20 km/h dans l’intramuros, la volonté est de réduire les vitesses sur les itinéraires cyclables où il n’existe pas d’infrastructures.

Séduire les cyclotouristes pour l’été

Le centre-ville de Mons limité à 20 km/h
L’intramuros montois, parcouru en 10 minutes depuis la Grand-Place. -
Ce travail de sécurisation sera également fait en concertation avec la Province du Hainaut sur son réseau Points Nœuds baptisé «Vhello». La Ville de Mons s’attend à ce que le cyclotourisme ait du succès durant un été passé en Wallonie. «Le souhait est de faire de notre ville une destination touristique de premier plan durant les vacances. Pour rendre ce réseau plus attractif, il faut le sécuriser d’avantage.»

Autre mode de déplacement qui sera plus que recommandé dans les semaines et mois à venir: la marche. Une récente étude menée par l’ASBL Tous à Pieds a permis de souligner que tout le périmètre de l’intramuros à Mons peut être parcouru en une dizaine de minutes à pied.

Les premières mesures, comme la mise en place de la zone de rencontre, doivent entrer en vigueur le 1er juin au plus tard.