CORONAVIRUS

CORONAVIRUS | Les marchés des Abattoirs et du Midi attendent encore leur plan de réouverture

CORONAVIRUS | Les marchés des Abattoirs et du Midi attendent encore leur plan de réouverture

Les plus vastes marchés de Bruxelles, ceux des Abattoirs et du Midi, devront s’adapter. EdA - Julien RENSONNET

Comment faire entrer des marchés de plusieurs centaines d’exposants dans le plan du CNS limitant les sites à 50 échoppes? C’est le casse-tête qu’on doit dénouer à Anderlecht et Saint-Gilles pour les marchés des Abattoirs et du Midi. À Ixelles, Bruxelles et Woluwe, d’autres marchés moins étendus sont de retour.

Certains petits marchés rouvrent dès lundi à Bruxelles (notre cadrée). Mais quid des deux grands rendez-vous hebdomadaires de la région, à savoir le Marché des Abattoirs à Cureghem et le marché du Midi, près de la gare du même nom à Saint-Gilles?

Dans le premier cas, des discussions ont eu lieu ce 14 mai entre les Abattoirs, qui gèrent le marché, la Commune d’Anderlecht et la zone de police. Les discussions portent sur les plans que l’exploitant a proposés aux autorités, reposant sur une reprise à 50 exposants.

«Le respect des consignes du CNS est au centre des préoccupations», nous confie le Bourgmestre d’Anderlecht Fabric Cumps (PS). «La halle en dur du Foodmet a déjà repris: l’idée est de répéter ses mesures pour le marché extérieur de la grande halle. Soit des cheminements qui ne se croisent pas». Le problème est que les files vers le Foodmet sont justement organisées sous cette grande halle: il faudra donc diriger les flux à d’autres endroits du site.

Par ailleurs, les Abattoirs devront être attentifs à la surface réellement occupée par les marchands. «Plus leur surface nette est faible, plus on peut faire entrer de visiteurs. Au contraire, plus les échoppes seront étendues, moins il y aura de personnes sous la grande halle», résume le Bourgmestre Cumps. L’avantage du site étant qu’il s’organise en lieu clos, au contraire d’un marché sur une place ou dans les rues. «On pourra donc mieux contrôler le nombre de visiteurs». C’est le personnel de sécurité des Abattoirs qui gérera les flux sur le site.

Au marché du Midi, «peut-on faire plusieurs sites?»

Un peu plus au sud, à Saint-Gilles, le marché du Midi doit aussi s’adapter. Ce marché, considéré comme «le plus grand marché du pays», concentre en effet plus de 200 échoppes chaque dimanche.

«On envisage différentes solutions, mais on attend l’arrêté ministériel, qui précisera les mesures entendues», explique l’échevin saint-gillois Francesco Iammarino (Écolo). «Est-ce qu’on peut faire plusieurs sites de 50 exposants? Est-que c’est automatiquement annulé ou est-ce qu’on peut limiter le nombre d’exposants à 50, ce qui pourrait nous permettre d’organiser une tournante entre les exposants?», se questionne l’édile. Qui confirme que le marché du Parvis, moins étendu, aura bel et bien lieu le week-end des 23 et 24 mai.

Les petits marchés rouvriront

Les petits marchés posent évidemment moins problème puisqu’ils respectent automatiquement la jauge de 50 échoppes.

L’échevine ixelloise Audrey Lhoest (Écolo) annonce que tous les marchés d’Ixelles rouvriront la semaine prochaine, à commencer par celui de la place du Luxembourg mardi, puis ceux des places du Châtelain mercredi, du Vieux Tilleul jeudi, Brugmann vendredi et Flagey durant le week-end. La limitation à 50 stands ne concerne que ce dernier, de peu. Seuls les abonnés habituels seront autorisés afin de ne pas dépasser sous le seuil fixé.

Quant aux marchés de la Ville de Bruxelles, l’échevin du Commerce Fabian Maingain (DéFI) nous confirme que les plus petits pourront se tenir dès la semaine prochaine: c’est le cas de la rue De Wandt, de Peter Benoît, d’Anneessens et du marché bio de Sainte-Catherine. Plus complexes, les marchés Bockstael et chaussée d’Anvers, qui dépassent les 50 stands: «ils sont gérés par un exploitant privé», précise Maingain. Qui ajoute qu’il «espère rapidement donner des perspectives aux ambulants».

Les marchés du Sablon sont eux aussi dans l’expectative. Il y a celui des Antiquaires, le week-end, qui surpasse la limite. Quant au marché Gourmet du jeudi soir, il restera fermé car il s’apparente à une activité horeca en proposant des dégustations.

À Woluwe-Saint-Pierre, le Collège a décidé de rouvrir ses marchés. «Les marchés de Stockel et Sainte-Alix rythment la vie des gens. C’est un lieu de rencontres et de partages hebdomadaire. Leur retour va faire énormément de bien aux habitants comme aux commerçants», explique le Bourgmestre Benoît Cerexhe (cdH). Suivi par son échevin de la Vie Economique Antoine Bertrand (Ecolo): «Je suis soulagé pour tous ces indépendants ambulants qui ont besoin de revenir travailler pour survivre ou vivre tout simplement».

Concrètement, le masque sera obligatoire sur les marchés suite à l’ordonnance de police prise par Cerexhe ce 11 mai. «Tant dans une rue concentrant des commerces que sur un marché, le port du masque est une précaution élémentaire alors que la distanciation sociale ne peut être garantie à tout moment», plaide le Bourgmestre. «Une concertation exceptionnelle a lieu avec tous nos maraîchers pour accueillir les clients dès mardi à Stockel, mercredi à Sainte-Alix et jeudi au Chant d’Oiseau dans le respect le plus strict des conditions énoncées par le CNS», conclut Antoine Bertrand.