BASKET-BALL

Départ de Trahan-Davis de Braine, retour de Carpréaux : les explications de Jacques Platieau

L’icône de Braine, Céleste Trahan-Davis, s’en va après sept saisons passées chez les Castors. EdA - 302428553757

Le visage de Braine ne sera plus le même la saison prochaine. Seule une joueuse est conservée. Parmi les arrivées, on note le retour de Marjorie Carpréaux.

Changement radical dans les rangs brainois la saison prochaine. Le budget a été revu à la baisse et l’accent porté sur de jeunes espoirs belges.

Seule Maxuella Lisowa, révélation de la dernière saison, a été conservée. Après sept saisons sous le maillot brainois, celle qui est devenue l’icône du club, l’Américaine Céleste Trahan-Davis, s’en va. Un coup dur pour les supporters qui lui vouaient une admiration sans faille. «Nous aurions aimé la garder dans nos rangs, souligne le président Platieau. Nous lui avons proposé le même salaire que la saison dernière, mais à 35 ans, Céleste souhaite découvrir de nouveaux horizons et valoriser son expérience belge par une augmentation substantielle, ce qui nous a placés dans l’impossibilité de poursuivre la collaboration malgré nos tentatives exceptionnelles. Je la comprends parfaitement, mais pour nous c’était devenu impossible. Mais elle restera attachée à l’Histoire des Castors.»

Le club brainois a également tenté de conserver la Lituanienne Egle Siksniute et l’Espagnole Mariona Ortiz, mais ces dernières ont refusé la proposition financière du club.

Olesia Malashenko ne faisait plus partie des plans, tout comme Mélissa Diawakana, Kourtney Treffers, Chantelle Handy et Manon Grzesinski qui a récemment annoncé mettre un terme à sa carrière professionnelle. Les jeunes Nina Epis et Sarah Matthys ont également quitté le club. Seule Delphine Muylaert fera encore partie des 14 joueuses qui composeront le noyau de D1.

Un noyau fortement rajeuni avec les arrivées déjà annoncées de la meneuse de SKW Elise Ramette (21 ans), la Liégeoise Eva Hambursin (19 ans), ainsi que Kato Aertssens (19 ans), Chadia Samsam (16 ans) et Tesse Kapenga (18 ans).

Neuf joueuses professionnelles

Le noyau brainois sera constitué de neuf joueuses professionnelles. Outre Ramette, la Lettonne Kreslina et la Française Touré, on note l’étonnant retour de Marjorie Carpréaux. La meneuse avait quitté le club il y a deux saisons pour une incompatibilité de caractère avec le staff et notamment avec le coach de l’époque Ainars Zvirgzdins. Elle avait rejoint les rangs de Malines. «Le sportif a primé et le coach Dusart adore son jeu, souligne le président. Et elle adore le coach qu’elle a déjà eu à Villeneuve. On a trouvé un terrain d’entente et son objectif est aussi de réussir sa saison en vue de participer aux Jeux olympiques avec les Cats en 2021.»

Autre arrivée en provenance d’un club belge, l’Américaine Brittany Starling (1m84, 26 ans, poste 4) qui a réalisé une excellente saison avec Phantoms Boom. «Brittany est une poste 4 athlétique et dynamique. C est une scoreuse dotée d une très forte présence au rebond.»

Mais le plus beau transfert réalisé par le club de Braine est incontestablement la signature de l’internationale canadienne Kayla Alexander (1m93, 29 ans, poste 5) qui avait notamment posé de gros soucis à la défense belge lors du tournoi qualificatif pour les Jeux olympiques en février dernier. «Elle a montré de l’intérêt pour notre club, confie Jacques Platieau. Nous lui avons fait une proposition financière qu’elle a, à notre grande surprise, acceptée. Elle a tenu compte de la crise liée au Covid et notre club a une excellente réputation sur le plan international. Véritable point de fixation dans le jeu intérieur, Kayla est une arme de dissuasion dans la raquette.»

Passée par les rangs de Bourges et du club polonais de Gdynia, l’intérieure canadienne connaît l’Euroleague.

Mais jusqu’à présent, aucune décision n’a encore été prise sur le choix de la compétition européenne la saison prochaine. Une réunion doit se tenir à la FIBA le 15 juin. «Si la Fédération opte pour une formule simplifiée avec par exemple quatre groupes de quatre, ce qui limiterait les coûts en terme de déplacement, nous irons en Euroleague», précise le président.

Deux nouvelles recrues devraient être confirmées prochainement.

 

Aussi fort que la saison dernière avec plus de caractère

 

Sur papier, le noyau paraît bien balancé, mais on le sait, la réalité du terrain pourrait être tout autre. Pour Jacques Platieau, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. «Je pense que l’équipe sera aussi forte que la saison dernière. Et elle aura plus de caractère, de fighting spirit. C’est ce qui a fait défaut la saison dernière. C’est un point sur lequel le coach a été attentif dans son recrutement. On n’a pas de star parce qu’on n’en a pas les moyens, mais on devrait avoir des joueuses qui se battent, qui ne lâchent rien.»

 

 

Une nouvelle assistante pour le coach Dusart

 

Le duo Dusart-Drljaca qui a notamment conduit le club français de Villeneuve vers le titre en Eurocup en 2015 va se reformer à Braine.

Ljubica Drljaca intègre donc le staff au côté de Patrick Muylaert qui reste assistant. «Le coach aura deux assistants, précise le président. Ljubica Drljaca sera au club à temps plein et aura notamment la charge des entraînements spécifiques pour les joueuses professionnelles mais également pour les jeunes. Patrick, qui a un job autre que le basket, sera un peu libéré et ne devra plus assister à tous les entraînements. Il pourra aussi plus se focaliser sur la R2. Mais il restera sur le banc lors des rencontres de championnat et en Coupe d’Europe.»

Ancienne joueuse professionnelle serbe, Ljubica Drljaca (1m90) a évolué à Bourges, Villeneuve, Tarbes et dans le club espagnol de Valence. Elle fut notamment finaliste de l’Euroleague (en 2010) et championne d’Espagne.

Outre son rôle d’assistant-coach à Villeneuve, elle était également responsable sportive du centre de formation.