FOOTBALL

Saison blanche en foot amateur? Plus de 50 clubs issus de tout le pays contre-attaquent!

Saison blanche en foot amateur? Plus de 50 clubs issus de tout le pays contre-attaquent!

Une nouvelle bombe en perspective! ÉdA – 50683810570

Une cinquantaine de clubs de tout le pays se sont associés pour aller à l’encontre d’une saison blanche. La bataille juridique est lancée!

Cela risque de devenir le feuilleton des prochaines semaines. L’épisode 2 est en cours de production en tout cas. L’épisode 1, souvenez-vous, avait été tourné dès vendredi soir avec la plainte déposée par 15 clubs, essentiellement flamands, pour déclarer blanche la saison 2019-2020 au niveau du foot amateur.

 

 

En clair, on annule toutes les descentes et les montées décidées par la cellule Corona de l’Union belge le 27 mars dernier. Une action qui a abouti par une plainte déposée devant la CBAS. Laquelle entendra les plaidoiries de l’Union belge et de ces clubs le 26 mai prochain.

La suite? La contre-attaque, bien sûr. Elle émane d’au moins 50 clubs amateurs. Car la nouvelle de vendredi en a fait réagir plus d’un dans le monde du ballon rond. Dès dimanche soir, certains représentants de clubs ont ainsi décidé de se réunir, virtuellement bien sûr, afin de faire bloc et de contre-attaquer. À l’heure d’écrire ces lignes, ils sont déjà plus de cinquante donc, à travers tout le pays, à s’être rassemblés afin d’assurer leurs arrières et ne pas voir cette saison 2019-2020 tout bonnement annulée.

Quels clubs? Des cercles issus de toutes les provinces et, fait intéressant, par-delà la frontière linguistique. Des «puissants», si l’on peut dire, comme des plus «petits» qui ont tous comme dénominateur commun de se sentir lésés. Certains clubs, comme Knokke ou les Francs Borains, ont ainsi déjà fait appel à leur avocat afin de se plonger dans le dossier et ainsi confirmer la décision de l’Union belge qui avait mis sur pied un système de montées et descentes afin de composer les séries de la saison prochaine. Dans les plaignants, on trouve aussi, entre autres, les Flamands de Deinze, Hasselt ou les Namurois de Tamines et les Liégeois de Burdinne, Warnant, Jehay, Stockay B, Solières B, Ouffet-Warzée.

On l’a donc bien compris: ce sont deux camps radicalement opposés qui vont désormais se faire face. Et c’est certainement devant la justice que l’affaire va se terminer. On semble donc parti pour une bataille qui pourrait bien durer de longs mois et ainsi remettre en cause le prochain exercice, qui s’inscrit déjà en pointillé à cause de la situation sanitaire.

+ Retrouvez notre dossier complet dans L’Avenir de ce mardi 12 mai, sur tablette, smartphone ou PC