CORONAVIRUS

Coronavirus: «Pas permis aux grands-parents de garder leurs petits-enfants toute la journée»

Coronavirus: «Pas permis aux grands-parents de garder leurs petits-enfants toute la journée»

«Nous allons voir comment cela fonctionne. Et nous espérons que les gens auront aussi le bon sens de se limiter», dit encore Erika Vlieghe. fotolia

Covid-19: le but des nouvelles mesures annoncées aujourd’hui en marge du Conseil national de sécurité n’est pas que les grands-parents s’occupent de leurs petits-enfants toute la journée, indique la présidente du groupe d’experts pour la stratégie de déconfinement (GEES).

Le Conseil national de sécurité (CNS) a décidé ce mercredi de rendre possible des contacts sociaux limités à partir de dimanche. Le but n’est toutefois pas que les grands-parents s’occupent de leurs petits-enfants toute la journée, indique Erika Vlieghe, présidente du groupe d’experts pour la stratégie de déconfinement (GEES).

Le CNS a décidé que chaque famille pourrait recevoir jusqu’à quatre personnes à partir de la fête des mères ce dimanche 10 mai. Il doit s’agir à chaque fois des mêmes personnes. Les mesures de distanciation restent par ailleurs inchangées.

«Nous allons voir comment cela fonctionne. Et nous espérons que les gens auront aussi le bon sens de se limiter», dit encore Erika Vlieghe.

 

Une (courte) visite, en respectant les distances de sécurité, ce n’est pas la même chose que garder ses petits-enfants toute la journée

 

Elle souligne aussi que les parents ne sont pas censés utiliser cette possibilité de contact social limité pour inciter les grands-parents à s’occuper de leurs petits-enfants. «Une (courte) visite, en respectant les distances de sécurité, ce n’est pas la même chose que garder ses petits-enfants toute la journée. Il s’agit là d’une étape supplémentaire qui doit être envisagée d’une autre façon», selon Erika Vlieghe. «Et nous rappelons l’avertissement selon lequel les personnes présentant un profil clair de risque ou celles de plus de 65 ans ne sont pas censées avoir de nombreux contacts ou des contacts très étroits avec de jeunes enfants».

 

Elio Di Rupo appelle à faire attention aux grands-parents «vulnérables»

Pour le ministre-président wallon Elio Di Rupo, la permission de recevoir quatre personnes, toujours les mêmes, à son domicile, ne signifie pas pour autant que tous les grands-parents sont désormais autorisés à garder leurs petits-enfants. «On doit faire très attention aux personnes vulnérables», a-t-il plaidé ce mercredi à la sortie du Conseil national de Sécurité (CNS).

«Il y a des personnes qui sont en très bonne santé à 65-70 ans. Il y en a d’autres qui sont affaiblies et, pour celles-là, il faut un minimum de contacts, que ce soit avec des enfants ou non. Il faut les protéger», a indiqué Di Rupo à Belga. «Si ce sont des grands-parents de 50 ans en pleine santé, il n’y a absolument aucun problème. Il faut donc regarder au cas par cas.»

Le ministre-président flamand Jan Jambon n’est pas sur la même ligne. «Les grands-parents peuvent s’occuper de leurs petits-enfants s’ils font partie des quatre personnes avec lesquelles leur famille est autorisée à interagir», a-t-il déclaré au parlement flamand. Ce n’est donc pas du tout la lecture d’Erika Vlieghe, présidente du groupe d’experts pour la stratégie de déconfinement (GEES) (voir ci-dessus).