Expérience et création dans l’équipe-type de P1 cette saison

Expérience et création dans l’équipe-type de P1 cette saison

Eda

Le classement de l’équipe-type fait la part belle aux joueurs d’expérience en P1, peut-être un peu trop pour jouer le titre.

Avant de lire | Pas les meilleurs...

Chaque année, la polémique revient: «Et Truc, il n’y est pas? N’importe quoi! » Chaque année, il nous faut dès lors revenir sur le règlement. Les joueurs choisis ici ne sont pas les meilleurs mais ceux qui, aux yeux de nos journalistes présents sur les terrains tout au long de la saison, ont été les plus réguliers. Laissant parfois sur le carreau des gars qui, comme d’autres dans leur équipe, ont explosé. Et tant pis pour Truc…

Comme l’an dernier mais cette fois sur un exercice complet, c’est Jean-Yves Mercenier, coach le mieux classé en fin de saison, qui hérite du poste de T1 de cette équipe fictive, constituée selon les points accordés tout au long de la saison. «Un honneur qui aurait pu revenir à Thierry Deprez également», précise d’emblée le coach de Wanze/Bas-Bas.

Une formation décortiquée par le joueur-entraîneur et qui commence avec, dans le but, Dimitri Dequinze. «Il a eu l’occasion de se mettre davantage en évidence que les deux autres gardiens, note Jean-Yves Mercenier. Les deux fois où je l’ai affronté, il a largement fait son match. Mais tant Kevin Firquet que Jérôme Henrotte n’auraient pas démérité.»

Devant le portier de Geer, on retrouve une défense aux allures très fizoise puisque la phalange de Villers place Tom Wagemans, Nicolas Rovny et Steve Babitz. À leur côté, nul autre que… Jean-Yves Mercenier lui-même. «On va plutôt miser sur l’expérience plutôt que la vitesse, rigole le joueur-entraîneur. Heureusement, il y a un jeune avec Tom Wagemans pour recouper si nécessaire. Pour le reste, il y a beaucoup d’expérience et Nicolas et moi avons déjà prouvé que nous sommes capables de jouer ensemble.»

Devant cette défense d’expérience, c’est un milieu très créatif qui regroupe trois manieurs de ballons: Anthony Di Lallo,Bertrand Vandervost et Vincent Vigil Bajo. «Je placerais d’ailleurs Anthony Di Lallo un peu plus haut sur l’échiquier, précise le coach qui n’est pas surpris de retrouver le futur Jehaytois dans l’équipe. Peu de joueurs ont ses qualités, je suis triste de le voir quitter notre équipe.» S’il vante les qualités techniques et créatives de ce trio, Jean-Yves Mercenier émet tout de même des réserves. «Je ne suis pas certains qu’ils seraient complémentaires. On a trois joueurs créatifs mais ça manque d’un côté défensif, d’un travailleur de l’ombre. À mon sens, un Pierre Moulin (NDLR: sur le banc) doit être titulaire de cette équipe pour faire ce travail.»

Sur les flancs, Amaury Docquier et Thomas Rovny héritent des postes de titulaires. «Deux joueurs qui ne font pas tâche dans cette équipe, confirme le T1 wanzois. Amaury a été la révélation de la saison avec Geer et suscite déjà beaucoup d’intérêt. Thomas, c’est un pote avant tout et qui prouve encore qu’il a le niveau et pourrait encore évoluer un cran plus haut.» Pas de joueurs de Wanze/Bas-Oha sur les flancs, un regret pour le coach. «Que ce soit Dylan Gilson, Corentin Depas ou Guillaume Goosse, ils auraient pu y être. Nous avons eu une équipe très homogène cette saison, cela a empêché certains joueurs de sortir du lot.» Mais les Sucriers placent un troisième homme dans le onze de base avec l’inévitable Henri Neerdael à la pointe de l’attaque. «Comme vous l’avez justement souligné, il a moins marqué mais qu’est ce qu’il a libéré comme espace. Un buteur et un travailleur dont tout coach rêve en P1 ou en D3. Nous, on en profite.»

Un onze de base fictif avec lequel Jean-Yves Mercenier se projette: « Cette équipe jouerait le tour final en P1 sans trop de souci mais elle est aussi assez âgée, c’est plus difficile de tenir pendant 30 matchs. Puis il y a ce souci du travail défensif dans le milieu du jeu.» Peut-être pas l’équipe la plus performante sur papier mais, à coup sûr, un régal pour les yeux.