BRUXELLES

Après la mort d’Adil et les interventions «musclées» de la police, les jeunes des Marolles sollicitent une rencontre avec Philippe Close

Après la mort d’Adil et les interventions «musclées» de la police, les jeunes des Marolles sollicitent une rencontre avec Philippe Close

BELGA

À la suite de la mort du jeune Adil, survenue le 10 avril à l’issue d’une course-poursuite avec la police, et aux arrestations jugées musclées opérées dans le quartier des Marolles, les ASBL «Le foyer des jeunes des Marolles» et «Jeunes ambition Marolles» sollicitent une rencontre avec le bourgmestre de Bruxelles-Ville, Philippe Close, en vue d’entamer un dialogue constructif et d’apaiser les tensions.

S’adressant au bourgmestre dans une lettre ouverte vendredi, le coordinateur de l’ASBL «Le foyer des jeunes des Marolles», Bilal Chuitar, rappelle la difficulté éprouvée par les habitants du quartier pour respecter les règles du confinement imposées à la suite du coronavirus: appartements exigus dans des logements sociaux, peu d’espace pour les familles nombreuses, pas d’espaces verts dans les environs, pas d’internet à la maison, «et de plus en plus, l’impuissance face aux abus, aux dérives et aux violences exercés par certains policiers», écrit-il.

«Nous sommes conscients que la situation doit être compliquée du côté des autorités et de la police […] c’est dans cet esprit que nous faisons appel à vous pour penser collectivement des pistes pour apaiser les tensions dans notre quartier ‘sensible’«, ajoute M. Chuitar.

Ce dernier précise que la priorité de tous reste la lutte contre la propagation du coronavirus, «mais nous ne pouvons faire fi des appels à l’aide des jeunes et de leurs familles face aux injustices qu’ils subissent et dénoncent.»

C’est pourquoi les deux ASBL, «à la demande des jeunes des Marolles», sollicitent une rencontre avec Philippe Close et le commissaire divisionnaire de la police ou le chef de corps de la zone de police de Bruxelles-Capitale/Ixelles.

«Il est plus que temps de mettre en lumière ces réalités afin d’éviter une fracture sociale définitive entre les populations», conclut M. Chuitar.


Nos dernières videos