CORONAVIRUS

Une quinzaine de combis pour «un jeune qui fume sa clope»: «Où est la proportionnalité?»

Une quinzaine de combis pour «un jeune qui fume sa clope»: «Où est la proportionnalité?»

Ces images ont été prises par la sœur du jeune homme interpellé. Instagram

Des dizaines de policiers et «une quinzaine de véhicules» pour «un jeune homme sorti fumer une clope» au bas de sa tour de logements sociaux marollienne: les images d’une intervention policière «pour non-respect des mesures de confinement» indignent sur les réseaux sociaux.

 

 

 

 

Plusieurs habitants des Marolles s’indignent ces dernières heures sur les réseaux sociaux d’une intervention policière qui a pris des proportions impressionnantes ce dimanche 19 avril. Plusieurs vidéos de l’incident circulent qui, à tout le moins, posent question.

D’après les témoins, un jeune homme habitant la cité Hellemans, adjacente à la place du Jeu de Balle, était descendu de son immeuble «pour fumer une cigarette» lorsqu’il a été interpellé par la police. C’est sa sœur qui donne l’alerte sur Instagram. «Mon petit frère était sorti pour fumer une clope. Les policiers procèdent à un “contrôle”. Mon frère leur demande pourquoi en expliquant qu’il habite là et qu’il n’a pas sa carte d’identité sur lui. De là, ils s’en prennent à lui, jetant ses affaires, lui arrachant les cheveux. Ils justifient leur acte ignoble en disant qu’il a refusé de coopérer. Jusqu’à quand devons-nous accepter de subir ça?»

 

 

«Confinement difficilement supportable»

Une fois la vidéo partagée, c’est l’emballement. Plusieurs habitants du quartier, commerçants et acteurs de terrain se refilent les images. D’autres enrichissent le débat avec une autre prise de vue, enregistrée depuis la rue de la Rasière, perpendiculaire à la cour de l’immeuble. Une chose heurte: le déploiement de force («15 combis et voitures»). D’aucuns préfèrent laisser le bénéfice du doute aux agents «puisqu’on ne sait pas ce qui se passe avant le début de la vidéo». Mais pour d’autres, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase du confinement «dans une cité de logements sociaux qui n’est pas connue pour la grande taille de ses appartements et où ce confinement est on s’en doute difficilement supportable». Et de s’émouvoir: «il n’y a là aucune proportionnalité dans l’intervention de la police».

Une quinzaine de combis pour «un jeune qui fume sa clope»: «Où est la proportionnalité?»
Le déploiement policier «sans respect des mesures de distanciation sociale» pose question aux riverains quant à sa proportionnalité. Facebook

«Hostilité»

Du côté de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles, on nous confirme que l’incident «se déroule dans le cadre d’un contrôle pour non-respect des mesures Covid-19». D’après la porte-parole de la zone Ilse Van de Keere, «un particulier auquel on demandait une pièce d’identité a refusé de la fournir. Il s’est rebellé. Il a fallu immédiatement appeler du renfort sur place vu l’hostilité grandissante portée à l’encontre des policiers présents». Le particulier en question a ensuite été maîtrisé et emmené au commissariat pour un contrôle d’identité.

Quant au déploiement de fourgons constaté par les témoins, la zone le justifie par «un risque que la situation tourne à l’échauffourée». Ilse Van de Keere: «Un attroupement hostile s’est formé autour de l’intervention, au mépris de surcroît de la nécessaire distanciation sociale». Une seconde vidéo postée par la sœur du jeune homme vient appuyer ces dires.

D’après différents témoins, le cortège de véhicules s’est disloqué «rapidement», quelque 10 ou 15 minutes après sa formation.