JOGGING

Challenge BW: le jogging Jean Aerts, à Céroux-Mousty, jette l’éponge

Challenge BW: le jogging Jean Aerts, à Céroux-Mousty, jette l’éponge

Il n’y aura pas de jogging cette année à Céroux-Mousty dans le cadre du Challenge du BW. ÉdA

Les annulations se poursuivent au niveau du Challenge du Brabant wallon. Le jogging Jean Aerts, organisé à Céroux-Mousty, n’aura pas lieu cette année.

Pascal Dekeyser et Patricia Moreau, organisateurs du jogging Jean Aerts, ont communiqué l’annulation de leur épreuve qui devait avoir lieu le samedi 30 mai. «Nous tenons tout d’abord à remercier et souhaiter du courage au Comité du Challenge qui doit faire face à une situation inédite, expliquent les organisateurs de la manche de Céroux-Mousty. Plusieurs éléments ont influencé notre choix. En premier lieu, la santé de nos bénévoles. Comme nous ne sommes pas un club de jogging, nous sommes épaulés pour cette épreuve par des personnes de tout horizon, de divers clubs, des «gens du village» parfois âgés, et également une équipe non négligeable de La Vie-Là qui sont des personnes soit soignantes, soit des personnes atteintes ou ayant été atteintes d’un cancer. Il n’est pas possible de leur faire courir le moindre risque.»

Ensuite, il y a la sécurité des joggeurs. «Les 20 kilomètres de Bruxelles, qui devaient se tenir le lendemain étant annulés ainsi que d’autres courses avant ou après Céroux, nous risquerions d’avoir un afflux de coureurs, ce qui ne serait pas souhaitable dans les circonstances actuelles, pour des raisons sanitaire et logistique.»

De plus, le Jogging Jean Aerts s’insère dans «Céroux en Fêtes» organisé par le Comité des Fêtes local, or il y a une grande chance que ces festivités soient annulées ou fortement amputées. «Nous risquerions dès lors de nous retrouver sans salle, sans bar, sans chapiteaux. Nous déplorons bien entendu cette situation qui ne nous permettra pas de faire un don à La Vie-Là comme chaque année, mais la santé de nombreuses personnes est en jeu, donc, en tant qu’organisateurs, nous devons assumer la responsabilité de cette décision.»