ANDERLECHT

Un total de 57 interpellations liées aux émeutes à Anderlecht

La police de la zone Bruxelles-Midi était sur le qui-vive samedi à la suite d’appels au rassemblement lancés sur les réseaux sociauxBelgian_Freelance

Les actes de violence et de destruction de biens se sont poursuivis à Anderlecht, dans la nuit de samedi à dimanche, après que des émeutes ont éclaté samedi en début d’après-midi.

«Il y a encore eu, au cours de la nuit, quelques rassemblements d’une dizaine de personnes et des véhicules ont été incendiés. Les faits ont abouti à une dizaine de nouvelles arrestations portant le total à 57 jusqu’à présent», a indiqué dimanche matin Adeline Roty, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Midi.

La police précise que «tous les scénarios restent ouverts», autrement dit d’autres incidents pourraient encore se produire ce dimanche. «Nous avons prévu la mise en place d’un dispositif d’intervention renforcé et nous pouvons faire appel à la police fédérale et aux autres zones de police de Bruxelles si nous avons besoin d’appui supplémentaire», a précisé la porte-parole de la zone de police Bruxelles-Midi.

Samedi vers 14h00, des rassemblements de personnes, interdits en cette période de confinement, ont eu lieu à Anderlecht, amenant la police à intervenir. Selon le chef de corps de la zone de police Bruxelles-Midi, Patrick Evenepoel, les policiers ont immédiatement essuyé des jets de pierres et ont donc procédé à des arrestations, notamment dans le quartier Clemenceau. Les émeutes se sont poursuivies tout l’après-midi jusque dans la nuit après un moment d’accalmie en début de soirée où la police annonçait maîtriser la situation.