Palettes recyclées

Si les bricoleurs trouvent mille astuces pour construire leurs meubles ou des objets à base de palettes recyclées, certains en ont fait leur activité professionnelle. C’est en 2016 que Benoit Lahaye et son père Jacques ont lancé de manière fortuite leur société, Palettophile, centrée sur le recyclage de palettes. D’abord uniquement destinée à leur usage personnel, l’activité s’est rapidement développée en profitant de l’engouement pour le recyclage et pour les problématiques environnementales.

« Mon père était en préavis et il a commencé à bricoler. Les amis ont d’abord été séduits et puis le bouche-à-oreille a bien fonctionné. Nous sommes passés en SPRL dès 2018. » explique Benoit Lahaye. Le passage dans l’émission de la RTBF, « Une brique dans le ventre » a définitivement lancé l’entreprise. « Cette émission a eu un bel impact pour notre société, même aujourd’hui encore nous en ressentons les retombées. Nous ne travaillons qu’avec des palettes usagées et de manière locale. Cela demande beaucoup de travail, il faut démonter les palettes, poncer le bois et les calibrer. Notre métier est très différent de celui d’un menuisier traditionnel qui travaille dès le départ avec des planches bien calibrées. » Leur force est qu’ils réalisent tous les meubles sur mesure pour s’adapter aux besoins spécifiques de chaque client. « Ces derniers temps, nous nous focalisons surtout sur les cuisines, mais tout est possible. Notre activité se veut à la fois artisanale, professionnelle et éco-durable.  Des meubles de jardin, ils en ont aussi fabriqué quelques-uns, mais Benoit Lahaye, un peu à contre-courant de la tendance, le déconseille : « Les palettes ne sont pas pour moi un matériau idéal pour le jardin. Cela reste du bois qui réagit aux intempéries. Nous pouvons le faire mais en prenant beaucoup de précautions, le bois doit être traité et les meubles doivent être protégés en hiver. »

Matériaux recyclés au jardin

Avec un peu d’imagination, il n’est pas très compliqué de réaliser des meubles de jardin à partir de palettes en bois recyclées. Les sites internet de décoration regorgent d’idées en la matière et permettent quasi au tout venant de construire un salon de jardin à des prix défiant toute concurrence. Les professionnels et les industriels vont eux nettement plus loin dans le concept. Ils utilisent par exemple des matériaux assez vils, telles les bouteilles en plastique qui polluent océans et rivières. Cela n’est évident pas à la portée des particuliers, mais à défaut de bénéficier des technologie, ils mettent l’imagination au pouvoir. Par exemple, les boites de conserves, complètement nettoyées, accueillent volonté des plantes. Les anciennes baignoire sont parfois utilisées comme jardinière. Montées sur roues, elles se déplacent facilement sur une terrasse. Dans la décoration, beaucoup de vieux objets sont utilisés, tels les vélos, les anciens arrosoirs. Les vieux pneus, empilés les uns sur les autres, servent de support pour un jardin en étage. L’idéal pour des fleurs retombantes mais aussi pour les herbes aromatiques. Les objets les plus saugrenus peuvent prendre place au jardin, à condition de les détourner de leur fonction d’origine.

Tout n’est pas recyclable

Les collectes deviennent de plus en plus sélectives et les parcs à container permettent de se débarrasser de tout ce qui n’est pas triés dans les sacs à ordure. Le triage fait partie de notre quotidien et sera probablement de plus en plus présent afin de mettre en avant le principe de l’économie circulaire. Une fois le tri sélectif effectué, il reste néanmoins de grosses quantités de produits non recyclables. Ceux-ci sont envoyés dans des usines de traitement où ils seront incinérés. Dans le meilleur des cas, l’incinération permet de produire de l’énergie qui sera réinjectée dans le réseau. Il n’en demeure pas moins que +/- 25 % des déchets finiront dans une décharge, avec tous les risques de problèmes environnementaux que cela comporte. Le seul moyen de réduire la quantité de déchets non recyclables est de changer nos habitudes et nos mentalités pour en produire le moins possible.

Habitat : articles proposés par la régie