CORONAVIRUS

Confinement prolongé: «Prenez de la vitamine D», conseillent deux spécialistes du CHU de Liège

Confinement prolongé: «Prenez de la vitamine D», conseillent deux spécialistes du CHU de Liège

Des déficiences peuvent apparaître, surtout si le confinement est prolongé. Alors, prenez de la vitamine D. Alex Manzanares - stock.adobe.com

Une supplémentation quotidienne en vitamine D? C’est positif pour le système immunitaire... Et contre le Covid-19?

 


«S’il n’existe aucune donnée montrant que la vitamine D pourrait réduire l’incidence de l’infection par le Covid-19, ou en atténuer l’atteinte, une supplémentation quotidienne en vitamine D (par exemple, par 800 UI), pourrait s’avérer bénéficiaire.»

 

C’est ce qu’affirment le Pr Etienne Cavalier (chimie clinique) et le Pr Michel Moutschen (maladies infectieuses), du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Liège.

Selon les spécialistes, cette période de crise sanitaire, qui impose à tout un chacun de rester confiné et d’éviter autant que possible les déplacements extérieurs afin d’éviter la propagation du Covid-19, risque d’entraîner une baisse du taux sanguin de vitamine D. En effet, comme chacun le sait, la vitamine D est synthétisée naturellement par exposition de la peau aux rayons UVB solaires et sans exposition au soleil, des déficiences peuvent apparaître, surtout si le confinement est prolongé.

Or, si la vitamine D est bien connue pour son action sur le système osseux, elle possède aussi des propriétés particulièrement intéressantes sur le système immunitaire. Une méta-analyse sur données individuelles, le sommet de l’evidence-based medicine, publiée en 2017 dans le British Medical Journal a ainsi montré qu’une supplémentation en vitamine D pouvait protéger des infections aiguës du tractus respiratoire. Cette méta-analyse, regroupant 25 études randomisées pour lesquelles les données de plus de 11.000 patients ont été revues, a mis en évidence un bénéfice d’une supplémentation quotidienne ou hebdomadaire en vitamine D par rapport à des doses plus larges (par exemple mensuelles) et que l’effet était d’autant plus marqué que le patient présentait une déficience sévère, ce qui est souvent le cas à la sortie de l’hiver chez des patients non supplémentés. Il est en outre bien connu que les enfants présentant un rachitisme vitaminique (lié à une carence profonde en vitamine D) souffrent, outre des effets osseux, d’infections respiratoires sévères. Les mécanismes reliant infection et vitamine D sont bien connus et associent à la fois une stimulation du système immunitaire inné et une modulation de l’immunité acquise.

«Il n’existe, bien entendu, aucune donnée montrant que la vitamine D pourrait réduire l’incidence de l’infection par le Covid-19, ni qu’elle pourrait en atténuer l’atteinte. Cela étant dit, au vu du faible risque présenté, une supplémentation quotidienne en vitamine D (par exemple, par 800 UI) pourrait s’avérer bénéficiaire, notamment pour les autres effets démontrés de la vitamine D sur le squelette et d’autres fonctions de l’organisme.»