CORONAVIRUS

La police de Bruxelles-Ouest a sanctionné près de 1.500 infractions aux mesures Covid-19

La police de Bruxelles-Ouest a sanctionné près de 1.500 infractions aux mesures Covid-19

Photo News

La zone de police Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe et Koekelberg) a dressé, depuis le 18 mars, 1.368 amendes administratives pour non-respect des mesures liées au Covid-19 et 78 procès-verbaux pour la mise en danger de la santé publique, a indiqué mercredi en fin de journée la zone de police.

Elle a de plus identifié 20 récidivistes, parmi lesquels deux seront jugés rapidement dans le cadre de l’approche graduelle du parquet de Bruxelles.

Environ un tiers (25) des procès-verbaux ont été établis à charge de commerces qui étaient en infraction, à savoir des cafés, restaurants, magasins d’alimentation ou encore des salles de sport. De plus, 12 commerces ont fermé leur établissement après avoir reçu un avertissement des services de police. Au total, 37 commerces ont été constatés en infraction aux mesures de fermeture prises pour limiter la propagation du virus.

Par ailleurs, trois commerçants ont été interpellés pour vente illégale de masques faciaux et de gel pour les mains, qui ont été saisis. Ils ont été attribués par le parquet de Bruxelles à l’hôpital UZ Brussel (masques) et à la zone de police locale (gel pour les mains).

Les 1.368 amendes administratives d’un montant de 250 euros ont été dressées à l’égard de personnes qui ne respectaient pas les règles en vigueur dans l’espace public et qui pratiquaient par exemple des activités en groupe, faisaient des déplacements non essentiels ou ne respectaient pas la distanciation sociale. La police a privilégié la prévention et la sensibilisation durant le premier week-end, avec seulement 151 amendes administratives du 20 au 22 mars. Le week-end dernier, pas moins de 410 amendes administratives ont été dressées.

La police a identifié 20 récidivistes, qui ont fait l’objet d’un procès-verbal pour mise en danger de la santé publique. Parmi eux, sept ont été temporairement privés de leur liberté. Un homme de 23 ans comparaîtra devant le tribunal endéans les 14 jours dans le cadre d’une procédure accélérée. Un jeune de 17 ans a lui déjà comparu devant un juge de la jeunesse, qui a décidé de le placer dans une institution fermée pour mineurs. Par ailleurs, six personnes ont tenté d’empêcher l’intervention de la police en toussant ou en crachant de manière volontaire en leur direction.