Le Portugal prolonge l’état d’urgence

Photo News

Le gouvernement portugais a décidé mercredi de prolonger de deux semaines le confinement imposé dans un pays où la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus progresse lentement mais a déjà fait près de 200 morts.

Les restrictions imposées depuis le 19 mars aux 10 millions de Portugais sont moins strictes que chez leurs voisins espagnols, qui comptent déjà plus de 9.000 morts.

Ils sont sommés de rester chez eux à moins que leur travail ne les y oblige, mais ils peuvent sortir faire un peu d’exercice dans leur zone de résidence, ce qui est interdit en Espagne. Sinon, ils peuvent quitter leur domicile pour faire leurs courses et porter assistance à des proches, mais aussi pour promener leurs chiens.

L’ensemble des commerces et des restaurants ont été fermés, mais les supermarchés et les pharmacies restent ouverts.

L’exécutif socialiste «a émis un avis favorable au prolongement de l’état d’urgence dans les termes du décret qui lui a été soumis par le président de la République», le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, et qui doit être approuvé jeudi par le Parlement, a déclaré le Premier ministre Antonio Costa.

L’état d’urgence, qui a permis le confinement, est une mesure exceptionnelle qui ne peut pas être décrétée pour des périodes supérieures à deux semaines.

Les mesures de restriction des mouvements de la population et de réduction de l’activité économique représentent «un effort […] qui a donné des résultats», a fait valoir M. Costa en saluant le comportement «exemplaire» de ses compatriotes.

Au cours des deux dernières semaines, les autorités ont tout de même interpellé 84 personnes qui n’avaient pas de raison valable pour se déplacer et fermé quelque 1.600 établissements qui ne respectaient pas les normes temporaires mises en place pour garantir la sécurité de leur clientèle.

Parmi les 3.600 entreprises qui ont adhéré au dispositif exceptionnel de chômage partiel, la compagnie aérienne TAP Air Portugal a annoncé mercredi que 90% de ses près de 11.000 salariés en bénéficieraient.

La TAP a annulé tous ses vols, à l’exception de ceux qui relient le territoire continental portugais aux archipels des Açores et de Madère, au moins jusqu’au 4 mai.