CORONAVIRUS:

La question de la responsabilité des gouvernements déjà posée en France

La question de la responsabilité des gouvernements déjà posée en France

Illustration. AFP

Confinement trop tardif, manque de tests, minimisation de la gravité de la pandémie: la grogne monte en Amérique et en Europe contre des gouvernements accusés de ne pas avoir assez protégé leurs populations du nouveau coronovirus qui touche désormais quasiment le monde entier.

«Des gens qu’on pourrait sauver sont en train de mourir, parce qu’ils ne peuvent pas être admis en soins intensifs», constate Sara Chinchilla, médecin dans un hôpital madrilène.

«Il n’y a pas assez d’argent, pas assez de tests, pas assez d’équipements de protection […] tout le monde à l’hôpital est énormément exposé» dénonce Andrew, un interne en psychiatrie à New-York.

Des deux côtés de l’Atlantique, l’afflux de malades dans des hôpitaux en manque de lits et la pénurie de matériel de protection sont au cœur des critiques dans des pays où les morts du Covid-19 se comptent par milliers.

La gestion des autorités en amont de l’épidémie est épinglée: en Espagne pour avoir continué d’autoriser très tardivement de grands rassemblements, en France pour sa pénurie de masques, au Royaume-Uni pour la très tardive prise de conscience du Premier ministre Boris Johnson, récemment testé positif, qui «serrait la main de tout le monde» dans des hôpitaux au début du mois de mars.

Dès le 6 mars, le Journal international de médecine (JIM) s’interrogeait dans une tribune sur «les soupçons d’impréparation» qui «se multiplient» en France.

À cette époque, lorsque seuls deux décès étaient recensés dans le pays, l’article pointait déjà des situations «inquiétantes» de pénurie de masques FFP2 évoquant le «déni» des autorités.

Quatre semaines plus tard, un pont aérien vient d’être mis en place pour importer un milliard de masques, principalement de Chine.

Les derniers sondages en France dans leur ensemble montrent une forte baisse de la confiance dans le gouvernement pour gérer la crise.

«Le temps viendra de la responsabilité, ce temps viendra, il est légitime et démocratique», a reconnu mardi le président français Emmanuel Macron, appelant chacun à faire preuve «d’humilité».

Poursuites

Au sortir de cette crise, la menace d’une sanction des gouvernants dans les urnes pourrait donc devenir réalité. À commencer par les États-Unis qui doivent élire leur président en fin d’année.

«Il est trop tôt pour tirer des conclusions, mais cette crise pourrait causer plus de mal que de bien à Donald Trump», qui briguera un nouveau mandat, car «sa gestion a été lente et maladroite», estime Charles Kupchan qui enseigne les affaires internationales à la Georgetown University de Washington.

Des difficultés que pourrait aussi connaître son homologue et allié brésilien Jair Bolsonaro, qui parle de «psychose» et rejette carrément la doctrine du confinement.

Une stratégie risquée sur le plan sanitaire, qui inquiète une partie du Brésil où le mot «destitution» est prononcé par des parlementaires d’opposition ou du centre.

Mais au-delà du sort politique des gouvernants, la question de poursuites judiciaires émerge également.

En France, onze plaintes pour homicide involontaire ont été déposées contre des membres du gouvernement, et d’autres sont en cours de dépôt.

«La multiplication des recours est le signe que les citoyens restent vigilants», pointe le constitutionnaliste Dominique Rousseau, même si les chances d’aboutir de ces procédures restent minces, selon plusieurs magistrats.

Démocratie

Une question alimente le débat: était-il possible de prendre des mesures drastiques de confinement plus tôt? Une mission délicate en démocratie sans l’adhésion d’une part importante de la population.

«Si l’opinion n’est pas convaincue par la gravité, si le corpus scientifique est relativement divisé, il vous est difficile en tant que décideur politique de créer un consensus», souligne pour l’AFP Carine Milcent, chercheuse et spécialiste des systèmes de santé.

«Les chiffres qui étaient annoncés par la Chine au départ ne faisaient pas peur et plein de gens se demandaient à l’époque pourquoi on en faisait autant», rappelle-t-elle.

Des voix s’élèvent d’ailleurs en Chine pour dénoncer le manque total de transparence des autorités sur le bilan réel de cette épidémie, faisant craindre un chiffre bien supérieur aux 3.300 morts annoncés.

«La Chine est un régime autoritaire avec une communication contrôlée. Vu que l’épidémie avait commencé sur un marché à Wuhan, le régime mène désormais une politique visant à redorer son blason» estime Carine Milcent.

«Le manque d’information au début de la propagation du virus par la Chine a eu encore plus d’impact que la sous-estimation du bilan», abonde Charles Kupchan: «des deux côtés de l’Atlantique, les gouvernements ont été longs à la détente. Mais si la Chine avait tiré la sonnette d’alarme plus tôt, ces pays auraient pu avoir une meilleure réponse et être mieux préparées».

Quant aux méthodes des pays cités en exemple – telle la Corée du Sud qui a jugulé l’épidémie au prix de mesures liberticides comme le traçage numérique des contaminés – elles ne sont pas facilement transposables.

«Les démocraties occidentales n’ont pas voulu prendre ces mesures car elles sont extrêmement envahissantes. C’est un niveau de surveillance étatique avec lequel elles ne sont pas à l’aise», conclut Jeremy Shapiro, expert à l’European Council on Foreign Relations.