Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel

Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel

La coiffure du personnage de Tokyo s’inspire de celle d’une héroïne d’un film de Luc Besson. Netflix

Le braquage de La casa de papel reprend de plus belle sur Netfix ce 3 avril avec la diffusion de la quatrième partie.

C’est l’événement streaming de ce mois d’avril. Netflix libère ce vendredi 3 avril la quatrième partie de La casa de papel.

En juillet 2019, le final du troisième chapitre avait laissé l’équipe de braquage du Professeur dans une mauvaise posture. Ce n’est que le début de la descente aux enfers, à en croire les images récemment diffusées (à voir ici).

En attendant de découvrir comment Tokyo, Rio, Denver et compagnie ripostent, nous vous révélons ci-dessous 10 secrets de fabrication de la série espagnole.

1.Pas une série Netflix

Le 2 mai 2017, la chaîne espagnole Antenna 3 diffuse le tout premier épisode de La casa de papel. À l’époque, Netflix ne fait pas partie de l’équation de la production. C’est un feuilleton espagnol conçu pour la télévision espagnole.

Le 20 décembre 2017, le leader mondial du streaming récupère les deux premières parties de la série et les injecte dans son catalogue. C’est le carton immédiat aux quatre coins du monde. Netflix reprend le show à son compte et commande les parties 3 et 4.

2.Découpage différent

Les deux premières parties de La casa de papel ne comptent pas le même nombre d’épisodes sur Antenna 3 et sur Netflix:

- Partie 1: 9 épisodes sur Antenna 3, 8 sur Netflix.

- Partie 2: 8 épisodes sur Antenna 3, 8 sur Netflix.

Pourquoi, comment? Netflix considère que le montage initial (70 minutes par épisode) ne correspond pas aux habitudes de ses audiences internationales. La plate-forme s’est abrogée le droit de monter différemment les épisodes, quitte à déplacer certains rebondissements de l’intrigue.

Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel
Netflix présente un montage différent des deux premières parties de la série que celui présenté à la télévision espagnole. Netflix

3.Contrat exclusif

Créateur, producteur et scénariste de La casa de papel, Alex Pina fait désormais partie de l’écurie Netflix.

L’ancien journaliste espagnol a signé en juillet 2018 un contrat d’exclusivité avec le leader mondial du streaming. En ligne de mire: le développement d’une flopée de nouveaux programmes.

4.Les expulsés

Aux prémices du projet, La casa de papel devait s’appeler Los Desahuciados (Les expulsés), en référence à la cavale et à l’exil forcé des braqueurs.

5.En phase terminale

Pourquoi autant de braqueurs accepteraient-ils un plan à la limite du suicidaire? Parce qu’ils souffrent tous d’une maladie incurable en phase terminale.

C’était en tout cas le concept initialement développé, avant que le seul personnage de Berlin ne soit irrémédiablement condamné par le scénario.

Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel
Berlin (à gauche) est le seul braqueur frappé par une maladie incurable en phase terminale, au contraire de ce qu’imaginait le scénario original. Netflix

6.Don Quichote plutôt que Dali

La combinaison rouge et le masque inspiré du visage de Salvador Dali sont les marques distinctives des braqueurs de La casa de papel. Au grand dam de la Fondation Dali, qui regrette l’image du peintre soit utilisée sans son autorisation.

Dans une version préliminaire du scénario, Tokyo et consorts devaient porter des masques de… Don Quichotte, le héros littéraire de Miguel de Cervantes.

Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel
Les masques à l’image du peintre ne font pas plaisir à la Fondation Salvador Dali. Netflix

7.Léon comme inspiration

La coupe de Tokyo (Ursula Corbero) ressemble étrangement à celle de Mathilda (Natalie Portman) dans le film Léon, de Luc Besson.

Ce n’est pas un hasard. La production de La casa de papel s’est inspirée du personnage de Mathilda à l’heure de choisir la coiffure et le style vestimentaire de la braqueuse.

Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel
Natalie Portman dans Léon a inspiré la coupe de Tokyo. Wikipédia

8.Une autre façade

La star des deux premières parties de La casa de papel, c’est aussi la Fabrique nationale de la monnaie (Madrid) braquée par l’équipe du Professeur.

Assez logiquement, la production n’a pas obtenu le droit de tourner à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment. À défaut, l’équipe de tournage s’est rabattue pour les extérieurs sur la façade du Conseil supérieur de la recherche scientifique (Madrid).

Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel
L’équipe de tournage s’est vue refuser l’accès à la vraie Fabrique nationale de la monnaie à Madrid. Netflix

9.Les journaux à la rescousse

Contrôlées par les braqueurs, les rotatives de la Fabrique nationale de la monnaie impriment des milliers de billets de banque dans les deux premières parties de La casa de papel.

À l’écran, ce sont des rotatives de presse qui se substituent aux machines officielles. Quant aux billets qui constituent le butin, ils ont été découpés dans des journaux espagnols, notamment des exemplaires du quotidien ABC.

Les 10 secrets de fabrication de La casa de papel
Dans les scènes où les billets sont visibles par liasses, la production a utilisé des bouts de journaux découpés. Netflix

10.Le tic du professeur

Interprété par le génial Alvaro Morte, le Professeur est maniaque à ses heures, notamment avec ses lunettes qu’il n’a de cesse de repousser du bout des doigts.

Ce tic intégré au personnage est à l’origine un réflexe naturel de l’acteur, qui n’a pas l’habitude de porter des lunettes. À force de le voir répéter ce geste, les réalisateurs ont demandé au comédien de le systématiser.

+ Retrouvez ci-dessous la bande-annonce de la quatrième partie: