CORONAVIRUS

Tradition incontournable ou blague déplacée? Le poisson d’avril divise les médias belges

Tradition incontournable ou blague déplacée? Le poisson d’avril divise les médias belges

Coller un poisson d’avril dans le dos? Pas une bonne idée avec les mesures de distanciation sociale. nito - stock.adobe.com

Si quelques nouvelles insolites se sont glissées dans les pages des journaux francophones ce mercredi, d’autres ont décidé de faire l’impasse en pleine crise du coronavirus.

En cette période obscurcie par le Covid-19, l’exercice du poisson d’avril est encore plus délicat qu’à l’accoutumée. Faut-il tenter de changer les idées des lecteurs avec une information tirée par les cheveux ou doit-on se retenir pour éviter la confusion chez des citoyens déjà paniqués par la crise sanitaire?

Face à ce dilemme, la Thaïlande n’y a pas été par quatre chemins en annonçant que la moindre blague sur le coronavirus serait passible d’une peine allant jusqu’à cinq ans de prison.

Pas de ça chez nous heureusement mais la question a tout de même taraudé les médias belges, qui n’ont pas tous fait le même choix. Entre ceux qui ont osé et ceux qui ont préféré s’abstenir, voici une revue de presse des poissons d’avril repérés (ou non) aujourd’hui.

On commence par La DH Les Sports+, qui n’a pas eu peur d’ajouter de l’huile sur le feu. Et pour cause, son poisson ne devrait pas faire rire Maggie De Block. Dans son édition du jour, le quotidien affirme que la ministre de la Santé a été verbalisée pour avoir organisé une lockdown party à l’occasion de ses 38 ans de mariage.

Moins provocateur, La Libre a décidé de jouer sur les nombreux reports d’événements en annonçant le report du... poisson d’avril. Crise communautaire oblige, celui-ci devrait se dérouler le 1er mai en Flandre et le 2 mai en Wallonie et à Bruxelles.

D’autres ont préféré des sujets plus légers en optant pour des poissons d’avril sportifs. Toutefois, ils auraient peut-être dû se concerter. Ainsi, Eleven Sports et Proximus Sports ont annoncé chacun de leur côté le transfert de Marouane Fellaini à Barcelone... et à Anderlecht.

Face à cet «art désuet» qu’est le poisson d’avril, la RTBF sport s’est mouillée à moitié. La rédaction sportive de la chaîne publique a préféré imaginer ce qu’aurait pu être son poisson d’avril s’il n’y avait pas eu la pandémie de coronavirus. Pêle-mêle, on retrouve parmi les propositions le come-back de Justine Henin, l’arrivée d’Eden Hazard comme joueur-entraîneur au Stade Brainois, Nafi Thiam dans Danse avec les Stars ou encore Remco Evenepoel de retour à Anderlecht.

Toujours à la RTBF, l’émission «On n’est pas des pigeons» a joué le jeu en blaguant sur le changement d’heure. «La Flandre a décidé de repasser à l’heure d’hiver alors que la Wallonie restera bien à l’heure d’été», peut-on lire sur le site de la chaîne.

Chez nos confrères de L’Echo, on a joué la carte de la sobriété en ironisant sur la fin du confinement avec un simple dessin représentant un poisson rouge dans son bocal.

Quant à RTL, Sudpresse et Le Soir, pas la moindre trace de poisson d’avril, qui semble tombé à l’eau en cette journée de la supercherie. De son côté, le Soir Mag a expliqué qu’il avait décidé de ne «pas publier de poisson d’avril sur son site cette année».

 

Le choix laissé aux différentes rédactions de L’Avenir

La question du poisson d’avril a également suscité un débat en interne à L’Avenir. Histoire de redonner le sourire face à la crise tout en évitants les sujets sensibles, notre rédaction nationale s’est finalement prêtée au jeu en annonçant que le report de l’Euro à 2021 et les «super-pouvoirs» du gouvernement Wilmès relançaient le projet de Stade National.

+ L’Euro 2021...relance la construction du Stade National

En ce qui concerne nos éditions locales, le choix leur a été laissé de proposer ou non un poisson. Si la majorité ont préféré faire l’impasse cette année, la rédaction de Wallonie picarde a choisi d’ironiser sur le pangolin, animal supposément à l’origine de la pandémie de coronavirus. Nos collègues ont ainsi relayé un appel des refuges de Wallonie picarde à adopter ces fourmilliers écailleux.

+ L’appel de nos refuges: «Adoptez un pangolin!»

De son côté, L’Avenir Luxembourg a joué la même carte que la RTBF Sport. Estimant que l’heure n’était «pas à la fake news», la rédaction a choisi de lister les poissons d’avril auxquels les lecteurs ont échappé cette année: redistribution du papier WC en province, la Plaza de Meunier rachetée par les propriétaires du wagon Léo, les bourgmestres luxembourgeois candidats d’un «Mask Singer» sur Facebook ou encore le pangolin désigné nouvel emblème de la province.