EMPLOI - ECONOMIE

Coronavirus: la concertation pour la plus importante commission paritaire se fait attendre

Coronavirus: la concertation pour la plus importante commission paritaire se fait attendre

Les syndicats dénoncent des abus pour certains travailleurs. EdA - Florent Marot

La concertation en commission paritaire 200, la plus importante du pays regroupant environ 55.000 entreprises et 450.000 employés, se fait attendre, selon les syndicats Setca, CNE et CGSLB qui ont lancé un appel commun ce mercredi.

Les syndicats ont demandé à plusieurs reprises en front commun de tenir des discussions constructives dans l’intérêt des employé.es de la Commission paritaire 200. «Et pourtant, les employeurs ne jugent pas opportun de prendre leurs responsabilités avec les syndicats pour les 450.000 salarié.es travaillant dans les 55.000 entreprises du secteur», constatent les syndicats ACV Puls, CNE, Setca et CGSLB.

Les syndicats dénoncent des abus pour certains travailleurs relevant de cette commission. «Nous voyons que les travailleur.euses malades sont mis.es au chômage temporaire, alors qu’ils et elles devraient en fait recevoir le salaire garanti en cas de maladie. Les travailleur.euses sont également contraint.es de prendre des jours de congés. Et il y a aussi des entreprises qui font travailler leurs employé.es alors qu’ils et elles sont officiellement en chômage temporaire. Toutes ces pratiques sont totalement inacceptables», disent les syndicats.

Pour les syndicats, il est maintenant essentiel de conclure des accords pour tout le secteur.

Le télétravail salué

Toutefois, dans le cadre des mesures de lutte contre le coronavirus, les syndicats saluent l’usage du télétravail à grande échelle.

«Il est par contre positif de constater que le télétravail est organisé à grande échelle dans le secteur. Nous constatons également avec satisfaction que certaines entreprises parviennent à conclure des accords concernant les revenus et les conditions de travail de leurs travailleur.euses», estiment toutefois les syndicats.