LIÈGE

Réquisition des Halles des Foires à Liège pour y installer les SDF suspectés de Covid-19

Réquisition des Halles des Foires  à Liège pour y installer les SDF suspectés de Covid-19

Les Halles de FIL (Halles des Foires) ont été réquisitionnées pour y accueillir 30 personnes malades en tentes individuelles aménagées en espaces privatifs. Doc.

Les SDF symptomatiques au Covid-19 (fièvre, difficultés respiratoires, courbatures) seront accueillis aux Halles des Foires (FIL).


Depuis le 19 mars, le Collectif Astrid2020, qui regroupe la Ville de Liège et son CPAS, la Province de Liège, le Relais Social et une majorité d’acteurs publics et privés d’aide aux personnes précarisées, assure depuis le parc Astrid, la coordination du plan d’urgence SDF. Ce plan d’urgence est conçu de manière à pouvoir être adapté en permanence à la gestion de la pandémie de coronavirus pour ce public spécifique.

Un plan d’urgence qui a été adapté pour permettre la prise en charge de SDF suspectés de Covid-19 (présentant de la fièvre, des difficultés respiratoires, des courbatures,..) et qui auront été examinés au préalable par la permanence médicale du parc Astrid. Ils feront l’objet d’une surveillance médicale et de mesures d’isolement particulières (14 jours), pour éviter tout risque de contamination à l’égard d’autrui.

Réquisition des Halles des Foires  à Liège pour y installer les SDF suspectés de Covid-19
Des douches sont mises à disposition de ce public précarisé. Doc.
Il a donc été décidé de réquisitionner les Halles de FIL (Halles des Foires) pour y installer 30 personnes malades en tentes individuelles aménagées en espaces privatifs. Avec la mise à disposition d’une tente large, avec lit, table, chaise, éclairage et une cabine WC individuelle, ainsi qu’un accès à des douches individuelles (distinct des sanitaires pour les personnes présumées saines). Une extension du dispositif peut être envisagée en fonction de l’évolution de la situation.

Le bourgmestre de Liège a sollicité le renfort de la Croix-Rouge pour assurer et soutenir le dispositif sur plusieurs semaines. La surveillance médicale sera assurée par l’équipe de la Province de Liège.

«Une des difficultés principales de ces mesures de confinement sera de les faire respecter par un public qui, par définition, a rompu avec toute habitude de sédentarité», précise-t-on au sein du Collectif. «L’autre difficulté sera de maintenir les dispositifs dans la durée, compte tenu de la charge importante que cela représente en personnel.»

Depuis le 19 mars, une distribution de tentes a eu lieu au parc Astrid. Un rappel d’hygiène a été réalisé concernant le lavage des mains. Une procédure de distribution alimentaire est en cours depuis lors, avec le soutien de l’Intercommunale ISOsL, permettant la distribution de nourriture/eau tout en évitant les sources de propagation via des lieux de vie en communs.

À la date du 27 mars, ce sont près de 200 repas qui sont distribués trois fois par jour dans différents lieux répartis sur la ville. De nombreux bénévoles et restaurateurs-traiteurs renforcent ce pôle essentiel du Collectif.

Tous les matins, de 9 à 12h, un médecin et deux infirmières (Province et Relais Santé du CPAS) assurent une surveillance des SDF qui se présentent au Parc Astrid.Des douches ont été mises à disposition, mais elles ne peuvent être utilisées qu’individuellement avec un protocole de nettoyage très strict et sollicitant l’usager pour assurer un respect des normes d’hygiène après chaque utilisation.

Le bourgmestre de Liège a sollicité le renfort de l’armée pour obtenir un container douches qui ne peut lui aussi être utilisé qu’individuellement pour éviter les sources de propagation.

Sur base des procédures mises en œuvre dans le cadre du Collectif Asrid2020, les besoins de base des personnes SDF dans le cadre du plan d’urgence coronavirus Covid-19 sont couverts. La prise en charge étant désormais étendue aux personnes suspectées ou détectées, devant être confinées hors milieu hospitalier.

Ce week-end,deux personnes présentant des symptômes de Covi-19 ont dû être hospitalisées. D’autres SDF, dont l’état ne nécessite pas une hospitalisation, ont quant à eux été mis à l’écart.