NAMUR - GEMBLOUX

Namur-Gembloux: une bande de voleurs de câbles interpellée

Namur-Gembloux: une bande de voleurs de câbles interpellée

D’origine roumaine, onze personnes sont suspectées d’avoir volé un nombre incalculable de câbles sur les rails belges. Belga

Six personnes ont été interpellées et privées de liberté par la PJF Namur pour des vols de câbles sur le rail namurois.

Les vols de métaux sont malheureusement devenus récurrents sur le rail belge. La partie gembloutoise et bruyéroise en a été, à de nombreuses reprises, la cible.

L’enquête de la PJF (Police judiciaire fédérale) de Namur débute en octobre 2019, lors d’un vol commis sur le site d’une société de location de matériel de construction de la région de Gembloux. Une camionnette de l’entreprise a été chargée de câbles et dérobée.

Les premiers éléments d’enquête laissaient penser que les enquêteurs avaient affaire à une bande organisée dans ce type de vols. Les auteurs laissaient peu d’indices derrière eux, usant de stratagèmes pour brouiller les pistes (changement régulier de véhicules, utilisation de fausses plaques ou de plaques étrangères,...).

Plusieurs véhicules ont été identifiés comme étant utilisés par le groupe pour commettre des vols sur des sites Infrabel (câbles), notamment à Chênée et à Kinkempois, et dans diverses sociétés (métaux et outillage).

Une méthode bien huilée

Ces véhicules se rendaient régulièrement aux Pays-Bas pour y revendre les câbles volés. Les autres types de matériel étaient rapidement envoyés en Roumanie pour être revendus via des circuits parallèles.

La bande, très mobile, opérait sur plusieurs provinces (Namur, Liège, Hainaut, Luxembourg). Les suspects effectuaient des repérages préalables et travaillaient souvent en deux temps, commettant les vols puis récupérant la marchandise volée et dissimulée à proximité, quelques heures ou jours après.

Les suspects, d’origine roumaine, opéraient pratiquement tous les jours et ont ainsi récolté un butin gigantesque. Leurs points de chute étaient situés dans la région de Seraing et Liège. Les suspects identifiés étaient défavorablement connus dans plusieurs pays européens pour ce type de faits.

Trois suspects en aveux partiels, d’autres nient

Après l’enquête, place à l’intervention. Celle-ci s’est déroulée en deux temps: le 19 et le 24 février. La PJF de Namur a effectué cinq perquisitions en région liégeoise. Quarante-cinq policiers fédéraux (PJF de Liège et de Namur) ont été mobilisés pour ces opérations, appuyés par les unités spéciales de la Police Fédérale.

Au total, six personnes ont été interpellées et privées de liberté. De la marchandise volée a été retrouvée en quantité dans les domiciles et dans les boxes de garage, dont de l’outillage, des câbles, des vélos haut de gamme et divers colis provenant de vols de cargaison.

L’enquête a mis en évidence l’implication formelle de l’organisation dans dix-huit vols, mais le nombre effectif de méfaits commis doit être multiplié de façon conséquente. Le préjudice total à mettre à l’actif de cette bande organisée s’élève à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Entendus par les enquêteurs de la PJF Namur, trois suspects sont en aveux partiels. Les autres nient leur participation aux faits.

Cinq personnes ont été inculpées des faits et placées en détention préventive par le juge d’instruction. La Chambre du Conseil a confirmé leurs mandats d’arrêt. Un suspect a été relaxé. L’enquête a permis l’identification de onze personnes, et plusieurs d’entre elles sont donc toujours activement recherchées.