AUSTRALIE

La Grande Barrière de corail victime du blanchissement

La Grande Barrière de corail a subi son troisième grand blanchissement en 5 ans seulement. Le réchauffement de la mer est pointé du doigt comme étant le principal responsable de ce phénomène dangereux pour les coraux de la Grande Barrière.

En Australie (Océanie), la Grande Barrière de corail souffre actuellement d’un important blanchissement, le troisième en seulement 5 ans, selon les autorités en charge du site naturel.

L’Australie est situé dans l’hémisphère sud de la Terre. Alors que nous entrons dans le printemps, les Australiens, eux, quittent l’été. Cette saison est synonyme de températures élevées en Australie.À cette période de l’année, la température de la mer y est donc un peu plus élevée également, c’est naturel.

Le problème, c’est que le réchauffement climatique augmente l’effet du réchauffement des mers. Cela a un impact direct sur les habitants de ces grands espaces bleus: le réchauffement maritime (de la mer) est le principal responsable du blanchissement des coraux de la Grande Barrière.

C’est quoi, un blanchissement?

Le blanchissement est un phénomène de dépérissement (un affaiblissement progressif, qui se fait petit à petit, et qui peut mener à la mort) des coraux. Il se traduit par une décoloration. Les coraux perdent donc leurs couleurs et deviennent… blancs. D’où le terme «blanchissement».

La Grande Barrière de corail victime du blanchissement
AFP

Le corail, c’est un animal marin (qui vit dans la mer). Il conserve dans son corps de petites algues avec qui il entretient une relation très importante: l’animal va servir d’abri pour les algues, et les algues amènent un complément de nourriture à l’animal. Ce sont elles qui donnent au corail ses jolies couleurs.

La hausse de la température de l’eau entraîne l’expulsion des algues présente dans le corail. Il perd alors ses couleurs et blanchit.

Les coraux peuvent se remettre de ce phénomène. Pour cela, il suffit que l’eau refroidisse. Mais si le blanchissement persiste (continue), ils peuvent en mourir.

De nouvelles zones touchées

Le nord de la Grande Barrière avait déjà subi en 2016 et 2017 deux graves épisodes de blanchissement de ses coraux. Ce phénomène revient de plus en plus souvent. Les coraux ont donc de plus en plus de mal à se remettre de ces situations.

Et ces derniers mois de chaleur n’ont pas aidé à améliorer les choses. Des dégâts ont été répertoriés sur une large partie de la Grande Barrière, dont dans des zones qui avaient été épargnées jusqu’à maintenant.

Heureusement, la plupart des coraux devraient s’en remettre. Les autorités australiennes déclarent avoir identifié des poches de la Grande Barrière qui ne sont pas touchées, avec des zones saines.

Tous les coraux blanchis ne meurent pas. La plupart des coraux «légèrement» ou «modérément» blanchis ont de bonnes chances de se rétablir. Le taux de mortalité est plus élevé sur les coraux plus sévèrement atteints.

Le saviez-vous?

La Grande Barrière de corail s’étend sur environ 2 300 kilomètres le long de la côte nord-est de l’Australie.

Elle couvre une superficie plus vaste que l’Italie et constitue le plus grand récif corallien (regroupement de coraux) au monde.

C’est aussi l’un des écosystèmes (un ensemble regroupant un milieu et les êtres vivants, animaux et végétaux, qui y vivent) les plus riches de la planète.

La Grande Barrière de corail victime du blanchissement
Une partie de la Grande Barrière de corail. AFP

Le sondage de la semaine