TOURNAI

Y a-t-il des victimes du Coronavirus au CHwapi à Tournai?

Y a-t-il des victimes du Coronavirus au CHwapi à Tournai?

Avant même la mise en place du plan d’urgence, des mesures spécifiques étaient mises en place pour le transport des malades. Com.

Une information circulant sur la Toile fait état de plusieurs victimes du covid-19 au CHwapi. Fake news? Ou pas… Nous avons posé la question directement aux responsables de l’hôpital.

Un témoignage émanant d’une personne se présentant comme étant une infirmière travaillant au CHwapi a été largement diffusé sur certains réseaux et par voie de mails, ces derniers jours, auprès de certains organes de presse dont le nôtre. Celui-ci fait état de l’existence d’un nombre assez impressionnant de victimes (décédées) du Covid-19 au sein de l’hôpital tournaisien. Ce n’est pas la première fois que de telles rumeurs alarmistes se répandent sur la Toile à propos d’autres institutions hospitalières du pays.

Elles se sont par ailleurs amplifiées quand l’ensemble des hôpitaux ont mis en place un plan d’urgence et une filière d’accueil spécifique pour les patients suspectés d’être touchés par le virus, laquelle se traduit notamment par le déploiement d’un dispositif d’accueil parfois impressionnant (tente, chapiteau ou container) à l’extérieur de l’hôpital. Cela, dans le but d’éviter les risques de contamination entre des patients «covid-19» et ceux qui se rendent aux urgences «classiques».

Le CHwapi n’échappe bien évidemment pas à cette mesure et il n’en faut parfois pas plus pour créer une «fake news» qui aura une fâcheuse tendance à devenir, elle aussi, très rapidement… virale.

Au témoignage évoqué plus haut, s’en est greffé un second concernant le fait que certains membres du personnel non soignant, mais travaillant dans l’enceinte même de l’hôpital - le personnel chargé du nettoyage ainsi que celui qui travaille en cuisine - ne bénéficierait pas de mesures de protection spécifiques, comme des masques, par exemple.

Nous avons interrogé (par mail) les responsables du complexe hospitalier, afin qu’ils puissent, en toute transparence, faire la lumière sur ces deux questions et couper court au besoin à ces rumeurs anxiogènes.

Voilà ce qui nous a été répondu via le service de communication de l’hôpital:

Pour ce qui concerne la première question, «seule la Cellule fédérale de communication de crise est autorisée à communiquer des chiffres au niveau de la crise sanitaire.»

À la seconde question consistant à savoir si le personnel non-soignant dispose de mesures de protection spécifiques, l’hôpital répond:

«la sécurité des collaborateurs et des patients est une préoccupation de chaque instant au CHwapi. Concernant l’équipement fourni à nos collaborateurs, personne ne manque aujourd’hui au CHwapi, de matériel de protection. Nous respectons rigoureusement les recommandations du SPF Santé Publique, de Sciensano et de l’AVIQ. Nous assurons ainsi sans relâche la sécurité de tous au CHwapi.»

Ce dont nous ne doutons bien évidemment pas une seconde. Mais il n’est sans doute pas inutile que cela soit rappelé en cette période éprouvante, tout particulièrement pour le personnel hospitalier qui ne compte pas ses heures pour gagner la bataille contre un ennemi invisible. Tous les soirs, sur le coup de 20 h, de nombreux particuliers, mais aussi des services d’ordres ou des pompiers lui rendent un hommage mérité en se manifestant bruyamment par des applaudissement, en faisant retentir cloches et/ou sirènes.