BANDE DESSINÉE

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars

«Le chanteur perdu», Dupuis, 2020. -

Le jeudi, c’est (quand même toujours) le jour de notre sélection bande dessinée. Avec, cette fois, le premier roman graphique traduit de Flavia Biondi, l’histoire vraie de Tronchet ou encore un voyage onirique chez Dupuis. Bon courage.

 

1Les générations

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Glénat -
Après trois années passées à Milan, Matteo rentre au pays avec pas mal d’appréhension. Il faut dire que son départ, provoqué par son coming out et une violente dispute avec son père, ne s’était pas passé de la meilleure des manières.

Vivre dans une métropole urbaine comme Milan a été pour le jeune homme un changement radical, une expérience libératrice, loin de l’étroitesse d’esprit de la petite ville où il avait grandi.

Mais aujourd’hui, Matteo n’a plus le choix. Sans argent, sans travail, paumé comme tant d’autres «millennials» de sa génération, il doit rentrer à la maison. Ce retour aux sources sera pour lui l’occasion de se confronter à son passé et à ses peurs, mais aussi de découvrir pas mal de choses sur ses proches… et sur lui-même.

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): FORMIDABLE

 

Pour son premier album traduit en français, la jeune autrice Flavia Biondi réussit un joli coup.

On pense d’abord partir sur un trip un peu égotique, sans grand intérêt ni surprises, puis on s’embarque dans un ouvrage intergénérationnel sur les liens invisibles qui unissent les générations. Formidable.

+ À LIRE AUSSI | L’article complet consacré à l’album

«Les générations», Biondi, Glénat, 144 p. n/b, 17.50€.

 

2Le chanteur perdu

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Dupuis -
Lorsqu’il fait un burn-out, Jean, bibliothécaire qui semble être passé à côté de sa vie, décide de retrouver Rémy-Bé, le chanteur de sa jeunesse (lorsqu’il se voyait encore révolutionnaire et contestataire).

Fasciné par la désinvolture et la liberté de ton des chansons, Jean voit dans cette recherche improbable l’occasion de renouer avec le personnage qu’il n’a pas osé être.

Enregistrés sur une vieille cassette audio, les morceaux l’ont suivi pendant des années, seul vestige du passé. D’ailleurs, personne ne semble se souvenir de ce chanteur, l’aurait-il inventé?

Sa seule piste: la pochette du disque avec le viaduc de Morlaix en arrière-fond. L’indice est maigre, mais Jean pourra dénouer le fil de manière surprenante, avec le seul secours des paroles de la douzaine de chansons, qui sont comme un puzzle mystérieux.

Au bout du chemin, il y a le fantôme du chanteur perdu que Jean pense connaître par cœur. Il n’est pourtant pas au bout de ses surprises. C’est un autre qu’il rencontrera, tout en faisant lui-même la découverte de celui qu’il est, à travers celui qu’il aurait pu être. Les îles lointaines ne laissent pas indemnes…

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): RENVERSANT

 

On se laisse happer par cette «road BD» de Tronchet, qui nous balade à la recherche d’un chanteur qui a bercé la jeunesse du héros.

Puis on tombe de sa chaise, car tout est vrai.

Tronchet, Dupuis, 160 p., 23€.

 

3Crépuscule Velvet

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Sarbacane -
Trois garc¸ons se rendent a` une fe^te inde´-rock au milieu des bois, ou` Liam, le plus timide et romantique des trois, a gagné´ une rencontre avec la ce´le`bre Velvet, actrice vamp irre´sistible.

À peine sont-ils arrive´s cependant, que c¸a de´ge´ne`re: Velvet se prend pour une panthe`re et entrai^ne Liam dans les bois, tandis que les deux autres sont plonge´s malgré´ eux dans un «trip» de plus en plus dangereux, qui pourrait bien mener a` la catastrophe…

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): IMPROBABLE

 

Évoquant une boîte de nuit perdue au milieu d’une jungle, Vitt Moretta parle des paradis perdus.

Dynamités par une star sur le déclin, des scouts et trois paumés. Totalement improbable.

Vitt Moretta, Sarbacane, 176 p., 24€.

 

4En falsh

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Delcourt -
Quand les institutions broient des individus, ces derniers ne se retournent pas contre elle, mais contre eux-mêmes.

En s’inspirant de sa jeunesse, le scénariste construit une fiction documentée sur la banlieue française.

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): INCOMPRÉHENSIBLE

 

Avec On est là, c’est une incursion dans sa banlieue, ses âmes damnées, qu’Oz propose, sous le dessin «survit-animé» de Bastien Sanchez.

Le langage très urbain utilisé nous a pourtant sortis de ce récit.

Oz/Sanchez, Delcourt, 152 p., 17.95€.

 

5L’ombre rouge

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Glénat -
Londres, 1982. Jorge Semprun, ancien militant communiste, romancier et scénariste à succès reçoit une énigmatique invitation à la Tate Gallery. Un musée, lieu de rendez-vous idéal pour les espions et les agents clandestins. Ici, un homme mystérieux lui remet une enveloppe contenant une douzaine de clichés.

Des clichés que Jorge connaît bien… Ou plutôt, leur auteur: Tina Modotti. Photographe et artiste italienne immigrée aux États-Unis dans les années 1920 puis militante révolutionnaire et agent du Komintern au Mexique, elle est probablement liée à l’assassinat de Trotsky et à la guerre civile espagnole de 1936.

Le 6 janvier 1942, revenue en Amérique, elle décède d’une crise cardiaque. Mais qui était-elle vraiment et quelles sont les véritables raisons de sa mort? C’est pour élucider ces mystères que, 40 ans plus tard, Jorge va mener l’enquête…

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): TOUFFU

 

Tina Modotti, photographe italienne. Un roman graphique retrace le parcours de cette militante communiste sans doute liée à l’assassinat de Trotsky.

Joli, mais il faut s’accrocher.

Pécau/Gonzalez, Glénat, 112 p., 22€.

 

6Julie Doohan (T.1)

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Delcourt -
État de Virginie, 1922. En se débarrassant de Doyle Doohan, la mafia pensait en avoir fini avec cet électron libre parmi les autres bootleggers de la région, plus réceptifs aux menaces.

C’était sans compter Julie, la fille du macchabée, qu’une bonne connaissance de la chimie associée à un goût prononcé pour la vengeance va projeter dans un jeu de dupes dont elle ne compte pas être la prochaine victime…

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): BOURRU

 

Virginie, début de la Prohibition: un bootlegger dévoué à la cause irlandaise est refroidi par les «Macaronis».

Sa fille, jusqu’alors une innocente et brillante étudiante, prend la relève en mode baston dans un premier tome qui se suffit à lui-même.

On sent que les auteurs ont voulu tout caser en un seul volume, des fois que la série serait «coupée» ensuite. Ce qui donne lieu, parfois, à des raccourcis un peu lapidaires – notamment dans la façon qu’a cette jeune femme de passer de doux oiseau tombé du nid à furie incendiaire -. Mai globalement, ça se tient bien.

Cailleteau/Brahy, Delcourt, 48 p., 14.50€.

 

7La jeunesse de Thorgal (T. 8)

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Le Lombard -
L’angoisse et la violence règnent en maître dans le domaine d’Harald à la dent bleue. Elles n’épargnent personne, ni son bâtard de fils, ni ces Vikings venus d’un lointain village.

Prisonnier de ce tyran, Thorgal est condamné à participer à ses terrifiants jeux de cirque…

Toujours sans nouvelle d’Aaricia, parviendra-t-il à déjouer les pièges du roi sanguinaire?

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): CABOTIN

 

Yann continue de dérouler les jeunes années de Thorgal, qui doit cette fois sauver Aaricia du méchant roi du Daneland.

C’est lassant tant ça cabotine. Et parfois dégoulinant de mièvrerie (tous ces amours contrariés, et finalement consommés, à grand renfort de déclarations enflammées, pfff…).

Yann/Surzhenko, Le Lombard, 48 p., 12, 45€.

 

8Maïdan Love (T.2)

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Bamboo -
Février 2014 – À Kiev, les actes de violence se multiplient sur la place du Maïdan. La révolution de la Dignité comme l’ont baptisée les manifestants semble bien partie pour durer…

Au cours de ces jours qui feront 82 morts et 622 blessés et entraîneront la crise ukrainienne entre la Russie et le reste de l’Europe, Bogdan tente de retrouver sa petite amie Olena.

Seulement, Bogdan est «berkhout», un flic antiémeute, et Olena fait partie des manifestants.

Une simple histoire d’amour peut-elle résister face à l’ampleur de tels événements…

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): ROSE

 

La suite des aventures de Bogdan au cœur de la révolution ukrainienne sent l’eau de rose à plein nez.

On aurait aimé voir la trame historique de l’intrigue mieux mise en valeur.

Ducoudray, Alliel/Ralenti, Grand Angle, 48 p., 14.90€.

 

9Monster Délices (T.1)

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Le Lombard -
Commis pâtissier au restaurant Bidonnet, Chris a la désagréable surprise de voir disparaître, comme par magie, ses délicieuses créations.

Et pour cause! Lorsqu’il découvre qu’un étrange écureuil est responsable des larcins, il le poursuit jusqu’au fond de l’énorme frigo du restaurant… et découvre le monde magique et hivernal de Fridgebottom!

C’est là qu’il fait la connaissance d’Hanna, une jeune elfe qui tente de tenir un salon de thé en dépit de son absence totale de talent culinaire.

Heureusement pour elle, Chris a le don de concocter la formule sucrée parfaite pour chacun, fut-ce un dieu nordique ou une créature légendaire!

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): APPÉTISSANT

 

Un jeune pâtissier découvre un monde parallèle et fantastique, où il participe à un étrange concours de desserts.

Rond, mignon, et rehaussé de vraies recettes. Miam.

Hachmi/Dos Santos/Raphet, Le Lombard, 48 p., 10, 95€.

 

10Olive (T.1)

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Dupuis -
Olive, c’est l’histoire d’une fille de 17 ans, très timide et renfermée mais à l’imagination débordante.

Un jour dans le monde onirique qu’elle s’est créé au fil des années débarque Lenny, un spationaute blessé et malade.

Que fait donc cet homme dans son espace réservé où personne n’est jamais invité?

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): NÉVROSÉ (mais bien, hein…)

 

Une ado taciturne vit davantage dans le monde intérieur qu’elle s’est fabriquée qu’avec ses congénères.

Un très joli voyage intime, entre névroses et imagination.

Cazot/Mazel, Dupuis, 56 p., 12, 50€.

 

11Un peu de tarte aux épinards (T.2)

 

 

Le résumé de l’éditeur

 

Tronchet, Brahy, Surzhenko, Mazel, etc.: voici nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 26 mars
Casterman -
Après avoir mis hors d’état de nuire une bande de trafiquants de drogue, Marie-Madeleine Madac-Miremont se voit recrutée par les services de renseignement français pour une opération délicate à Londres.

Sans savoir parler un mot d’anglais, la fougueuse Française doit s’infiltrer dans un restaurant géorgien afin de surveiller un gang particulièrement dangereux.

Elle sera aidée dans sa mission par un chauffeur de taxi belge azimuté et fan de Death Metal, et rejointe par sa fille Sarah qui devient l’objet d’un odieux chantage…

 

Notre avis en un mot (et quelques autres): DÉLIRANT

 

Marie-Madeleine met son savoir-faire culinaire au service de l’Angleterre.

C’est toujours n’importe quoi, mais du n’importe quoi hilarant.

God save ze épinards.

Pelaez/Casado, Casterman, 48 p., 11, 95€.