LEUZE-EN-HAINAUT

Coronavirus: des prisonniers ont refusé de réintégrer leurs cellules à Leuze-en-Hainaut

Coronavirus: des prisonniers ont refusé de réintégrer leurs cellules à Leuze-en-Hainaut

Peu après 20h, les forces de police se sont rendues sur place, à la prison de Leuze-en-Hainaut, où un groupe de prisonniers refusait toujours de réintégrer ses cellules. EdA

Des détenus de la prison de Leuze ont refusé de réintégrer leurs cellules. La police a été appelée sur place.

Certains prisonniers de la prison de Leuze ont refusé de réintégrer leurs cellules mercredi en fin d’après-midi. Les détenus récalcitrants réclament le téléphone gratuit et plus de produits de cantine. La police a été appelée sur place.

Peu après 20h, les forces de police de la région du Tournaisis se sont rendues sur place, à la prison de Leuze-en-Hainaut, où un groupe de prisonniers refusait toujours de réintégrer ses cellules. Depuis le confinement, les préaux sont assurés mais sont restreints en ce qui concerne le nombre de détenus.

Téléphone gratuit et cantine complète

«Au préau de 17h, il y avait 21 prisonniers. Au terme du préau, huit d’entre eux ont refusé de retourner dans leurs cellules. Ils réclament d’une part le téléphone gratuit et d’autre part une cantine complète. Actuellement, certains produits (chips, cigarettes, softs, biscuits…), fournis par un supermarché, ne sont pas disponibles soit par manque de marchandises ou manque de personnel. La cantine a été assurée ce lundi et la prochaine cantine aura lieu lundi prochain.

«Face à cette situation, il a été décidé de faire appel à la police afin que les prisonniers réintègrent leurs cellules», expliquait vers 20h30 Kathleen Van De Vijver, responsable de la communication de l’administration centrale des prisons. Jusqu’au 5 avril prochain, au minimum, tous les détenus sont privés de visite, n’ont plus de sports en commun, ni de bibliothèque. Les trois repas quotidiens sont assurés ainsi que les préaux et les ateliers pour des firmes externes. Un premier mouvement de grogne, pour des revendications quasi similaires, avait déjà eu lieu le samedi 21 mars dernier à la prison de Leuze. Dans le même registre, on a aussi appris qu’une vingtaine de détenus de la prison d’Arlon avait refusé de réintégrer leurs cellules après le préau. À 20h, les détenus étaient toujours à l’extérieur. Ici aussi, la police a été appelée à intervenir.