LOUVAIN-LA-NEUVE

Après avoir été contaminée, Dominique Costermans explique le Covid-19 aux enfants

Après avoir été contaminée, Dominique Costermans explique le Covid-19 aux enfants

-

Ce dépliant, à diffuser le plus largement possible, est signé par une auteure néolouvaniste qui sort elle-même de contamination.

Des mots justes et un ton rassurant pour répondre aux questions que se posent les enfants, de 5 à 13 ans. Le défi a été relevé en trois jours par Dominique Costermans. Autrice de romans, nouvelles et autres écrits, cette habitante de Louvain-la-Neuve a déjà travaillé avec le CHU de Liège, mais cette fois, la commande était exceptionnellement urgente. Elle l’a reçue vendredi dernier. Il faut dire que Dominique Costermans relève précisément de maladie après avoir a contracté le fameux virus probablement à la Foire du livre de Bruxelles. Elle sort tout juste de quarantaine.

>>>> Découvrir la brochure <<<<

Mais faire vite ne veut pas dire bâcler. Dominique Costermans a pris contact avec une demi-douzaine d’enfants de 8 à 13 ans, par vidéoconférence, téléphone, messages et e-mails. Et elle leur a demandé d’exposer d’une part, leurs inquiétudes, peurs, émotions; d’autre part, quelles questions d’ordre scientifique ils se posaient. «Les questions qui sont venues relèvent du bon sens: pourquoi fermer les magasins, le virus s’attaque-t-il aux animaux de compagnie, serais-je moins intelligent en n’allant plus à l’école? explique Dominique Costermans. Ils demandent surtout à être rassurés. Outre mes contacts avec les scientifiques du CHU, j’ai aussi communiqué avec une institutrice et un cabinet vétérinaire pour compléter l’information.

Les enfants ont un pouvoir et c’est ce que je leur dis. Vous pouvez nous aider en vous lavant souvent les mains, en prenant des nouvelles de vos grands-parents par téléphone, en vous montrant solidaires et aimables, et en ne vous inquiétant pas inutilement pour l’école.»

Bien que commandité par le CHU de Liège au départ, le fascicule est devenu un outil destiné à toucher le plus grand nombre d’enfants possible. «J’aimerais maintenant trouver un moyen de parler aux ados aussi. J’y réfléchis.»

Dominique Costermans a travaillé bénévolement sur ce dépliant et se réjouit du résultat: «J’ai beaucoup de retours du personnel soignant. Je suis tellement contente de me sentir utile dans cette crise. Cela doit circuler! Plus on diffusera le dépliant, moins on diffusera le virus!»