CORONAVIRUS

PsyForMed: une plateforme qui offre un soutien psychologique au personnel soignant

PsyForMed: une plateforme qui offre un soutien psychologique au personnel soignant

Plus de mille psychologues bénévoles ont déjà offert leur aide au personnel médical via la plateforme PsyForMed. megaflopp - stock.adobe.com

Mise en place il y a une semaine, la plateforme PsyForMed est destinée à offrir un soutien psychologique au personnel soignant en première ligne dans la crise contre le coronavirus. Plus de mille psychologues bénévoles ont déjà offert leur aide.

PsyForMed: une plateforme qui offre un soutien psychologique au personnel soignant
Fanny Weytens, psychologue bruxelloise idépendante a lancé PsyForMed le 18 mars. -
Face à la crise sanitaire que connaît actuellement la Belgique, le personnel médical est en première ligne pour combattre le coronavirus. Médecins, infirmiers, aides-soignants… travaillent sans relâche, depuis plusieurs semaines, pour venir en aide aux centaines de patients qui affluent dans les hôpitaux. Avec son lot quotidien de situations émotionnellement difficiles à gérer: stress, fatigue, désarroi, impuissance…

+ LIRE AUSSI| Psychologue, Lætitia offre des consultations gratuites au personnel soignant

Devant ce constat, Fanny Weytens, psychologue bruxelloise, a eu l’idée de lancer une plateforme pour venir en aide au personnel soignant mis à rude épreuve. «L’idée est de mobiliser une équipe de psychologues bénévoles qui se rend disponible pour écouter les gens du personnel médical gratuitement par téléphone ou visioconférence.»

>>> Rejoindre la plateforme <<<

>>> Rejoindre le groupe Facebook de PsyForMed <<<

«En trois clics, le rendez-vous est pris»

En 8 jours, plus de 1 000 psychologues francophones (50% de Belges et 50% de

PsyForMed: une plateforme qui offre un soutien psychologique au personnel soignant
À ce stade, plus de 8 000 plages horaires ont déjà été proposées au personnel soignant. -
Français) se sont inscrits sur cette plateforme pour proposer leur aide. «Nous leur demandons d’offrir un minimum de quatre consultations d’une heure. Ils ont chacun encodé leurs disponibilités dans un planning, précise-t-elle. Libre à eux d’ensuite poursuivre leur travail avec le patient».

À ce stade, plus de 8 000 plages horaires ont déjà été proposées au personnel soignant. «Nous avons élargi un maximum les créneaux horaires pour que le personnel de garde puisse aussi appeler à toute heure de la journée. Via la plateforme, ils peuvent prendre rendez-vous en trois clics et en moins de cinq minutes. Chaque personne concernée par le coronavirus peut faire la demande. Ça peut aller du médecin au personnel d’entretien en passant par les ambulanciers, les laborantins ou les aides-soignants en maison de repos.» (Suite du texte sous la vidéo)

 

Le type d’accompagnement que nous proposons est un débriefing ponctuel de l’action instantanée. Un espace de ventilation immédiat, même si on sait que le personnel aura besoin de nous à plus long terme

 

Ces psychologues peuvent-ils faire face à cette situation de crise?

Comme l’explique Fanny Weyens, les psychologues qui veulent s’inscrire sur la plateforme PsyForMed doivent répondre à plusieurs critères:

* ils doivent être diplômés en psychologie * ils doivent avoir un numéro d’agrément, un visa de psychologue clinicien ou à minima un numéro d’enregistrement à la commission des psychologues * ils ne peuvent s’inscrire que s’ils se sentent suffisamment outillés pour accompagner des personnes dans des situations de crise comme c’est le cas actuellement

«Nous essayons de développer des lignes directrices sur la manière dont il faut accompagner les patients dans ce type de situation, précise l’initiatrice du projet. Et nous mettons en place un système de supervision interne. Nous avons des psychologues seniors, plus aguerris par rapport à ce type de situation. Nous leur demandons de faire des capsules vidéo pour faire de la formation continue interne».

«Ils auront besoin de nous sur le long terme»

Psychologue indépendante, la jeune femme est spécialisée dans l’accompagnement des personnes en situation d’épuisement et de burn-out. Elle est aussi la créatrice du projet Ciao Burnout. «J’ai pu observer l’impact psychologique des attentats du 22 mars depuis mon cabinet. Je compte dans ma patientèle de nombreux médecins et infirmières qui, déjà avant cette crise, se sentaient sous pression suite au manque de ressources ou aux restrictions budgétaires, explique-t-elle. Depuis le confinement, la moitié de mes consultations ont été annulées donc j’ai réfléchi à une manière de pourvoir me rendre utile.»

Si la plateforme est actuellement uniquement accessible aux francophones, Fanny Weyens aimerait la rendre disponible au nord du pays. «Nous cherchons des moyens pour pouvoir le faire. Nous attendons aussi du soutien de la part du gouvernement fédéral pour pouvoir poursuivre notre activité. Il n’y a aucun engagement concret de leur part à ce stade mais notre demande est sur une pile, nous attendons en croisant les doigts. Car les développeurs avec qui nous travaillons ont tout investi de leur poche mais si l’on veut pouvoir poursuivre notre activité, nous aurons besoin d’aide financière. Et il ne faut pas oublier que c’est sur long terme que le personnel soignant aura besoin de nous.»

 

Une plateforme née virtuellement et en trois jours

PsyForMed a vu le jour mercredi 18 mars. Fanny Weyens et la dizaine de comparses qui l’aident au quotidien pour faire tourner la plateforme ne se sont pourtant jamais rencontrés.

«Tout a été conçu à travers un écran d’ordinateur, via internet et les réseaux sociaux. Je me suis associée à des développeurs informatiques (Kalio Tech à Bruxelles) qui ont fait un travail extraordinaire pour rendre le projet possible rapidement. Par ailleurs, nous avons créé des différents «pools» de compétence pour remplir les nombreuses différentes tâches.»