MOUSCRON

PHOTOS | Le jour où Albert Uderzo est venu au Canonnier

PHOTOS | Le jour où Albert Uderzo est venu au Canonnier

Philippe Van Brussel avec une Serpe d’or dans le salon du stade mouscronnois. Il est entouré de Tibet, dessinateur de Ric Hochet, Chic Bill... et d’Uderzo, papa de qui vous savez. Com.

Albert Uderzo est venu en 2001 à Mouscron, à l’invitation de Philippe Van Brussel. Ce passionné de la bande dessinée revient pour L’Avenir sur ce joli moment.

C’est au volant de sa Ferrari rouge qu’Albert Uderzo est arrivé sur le parking de l’Excelsior, un jour ensoleillé de 2001. C’était à l’invitation de l’organisateur du salon de la bande dessinée de Mouscron, Philippe Van Brussel, qui s’en souvient très bien.

PHOTOS | Le jour où Albert Uderzo est venu au Canonnier
Tibet tout heureux de son prix, sous notre objectif, au sein du stade hurlu. EdA
«J’ai rarement vu une personne aussi connue et aussi prise par le travail accepter aussi facilement de venir dans notre petite ville de Mouscron.»

Uderzo est tombé dans le piège mouscronnois!

«J’avais invité Uderzo afin de remettre un prix - une Serpe d’or - au dessinateur Tibet. Mais j’avais aussi invité Tibet afin de remettre ce prix à Uderzo. Aucun des deux ne savait qu’il allait en fait recevoir une Serpe de la part de l’autre!

Ils étaient tous les deux heureux, notamment parce que, malgré leur talent, ils n’avaient jamais reçu de prix au Festival d’Angoulême».

Le tandem de dessinateurs a ainsi été reçu dans l’un des salons de la rue du stade. Uderzo a notamment plaisanté sur ce que cela lui avait coûté en carburant.

«Avant qu’il ne rentre à Paris, le salon de la BD de Mouscron a pris en charge un plein pour son retour: je l’ai accompagné à une station-service afin de régler cela», sourit notre interlocuteur aujourd’hui responsable de Vins Mille Crus sur la Terre en la rue de Naples où il a reçu le dessinateur Zep, papa de Titeuf. L’occasion d’y recevoir aussi une Serpe d’or, tout comme Manara, Hausman, Hislaire, Marcel Marlier ou encore Jeremy.

Il s’est perdu en Ferrari dans Mouscron

Si le dessinateur a accepté de venir en terres hurlues, «c’est parce qu’un Boeing à l’effigie d’Astérix et Obélix devait être inauguré à Bruxelles et qu’il avait vu que Mouscron était sur la route entre la capitale et Paris».

Je n’y croyais pas en apprenant la nouvelle, ce matin, même si je savais qu’il avait un âgé déjà avancé...

Un artiste qui n’a pas trouvé immédiatement la route du Canonnier. «Il nous a dit en arrivant «Les gens de Mouscron sont sympas!»: en le voyant chercher son chemin dans les rues, un habitant l’a reconnu et lui a dit «Monsieur Uderzo, je peux vous aider?»»

Un dernier crochet par les Charmettes avant de rentrer

La présence de l’artiste s’est prolongée au travers de l’exposition Rodin qui se tenait dans un autre salon du stade, Wembley, avant d’aller se restaurer aux Charmettes.

«Pour l’occasion, d’autres dessinateurs nous avaient rejoints à table: Frank, Laudec, Renaud... Uderzo était fatigué donc il n’est pas resté durant tout le repas mais, bien que son beau-fils l’accompagnât, Uderzo tenait à conduire. Je l’ai interpellé à ce propos, il m’a répondu qu’il adorait trop conduire ses Ferrari que pour passer le volant, c’était sa passion.»

PHOTOS | Le jour où Albert Uderzo est venu au Canonnier
Le rendez-vous s’est terminé aux Charmettes en présence du comité organisateur du salon de la BD mais aussi d’autres artistes du 9e art: Raoul Cauvin, Frank, Laudec ou encore Renaud (à l’avant-plan, au centre) qui sera le parrain du futur festival de la BD de Mouscron. Com.