CORONAVIRUS

Plusieurs communes bruxelloises prennent des mesures complémentaires pour le commerce

Plusieurs communes bruxelloises prennent des mesures complémentaires pour le commerce

-Reporters/GOUVE

Ces mesures économiques prennent la forme de primes de soutien financier ou consistent en un aménagement de dispositifs de protection.

 

 

 

 

À Saint-Josse, le collège échevinal a décidé d’octroyer une prime forfaitaire de 2 000 euros à tout commerce, fermé ou non, et quelle que soit sa taille. Celle-ci s’ajoute à la prime régionale de 4 000 euros annoncée pour les commerces fermés. La demande devra être introduite d’ici le 30 septembre prochain. Selon le bourgmestre Emir Kir cela concerne 400 acteurs économiques locaux, en très grande majorité des petits commerces. Le budget prévu est de 800 000 euros.

Saint-Josse a également entrepris l’installation systématique par ses propres services de parois en plexiglas dans les magasins restés ouverts. Elle autorise l’ouverture des magasins d’alimentation sept jours sur sept.

Primes et suspension de certaines taxes communales

Etterbeek se prépare également à accorder une prime aux commerçants. Le bourgmestre Vincent De Wolf et l’Echevin Aziz Es, soumettront au collège un soutien complémentaire pour les commerces touchés par les mesures de fermeture prises par le gouvernement fédéral. Trois cent mille euros seront dégagés pour permettre l’octroi de 1 000 euros à toutes les entreprises, commerces ou indépendants qui ont vu leur activité arrêtée à la suite de la crise liée au coronavirus. Une prime unique de 500 euros sera par ailleurs octroyée à toutes les autres catégories de commerces dans l’incapacité de poursuivre normalement leur activité.

Auderghem a décidé, parmi d’autres mesures destinées aux fonctionnaires communaux, aux écoles de la commune, aux personnes isolées et à l’ensemble de la population locale, de geler la taxe sur les enseignes et d’exclure de la taxation pour rez commerciaux inoccupés, les commerces qui ont dû fermer ou suspendre leur accès au public. Les loyers des surfaces de la Régie foncière occupées par des commerçants hors secteur alimentaire sont gelés. La commune met par ailleurs à disposition des pharmaciens indépendants, des panneaux de protection en plexiglas qu’elle place elle-même.

À la fin de la semaine dernière, Ganshoren a annoncé le versement d’un montant forfaitaire de 30 à 40 euros versé à un commerce par jour d’inactivité, selon le nombre d’employés équivalents temps plein qu’il occupe.

Le collège de Saint-Gilles s’est accordé sur le principe de suspendre, voire de supprimer, certaines taxes communales qui touchent habituellement les commerces et horeca saint-gillois (e.a. les taxes sur les débits de boissons, les enseignes commerciales ou encore les terrasses).

À la Ville de Bruxelles, l’échevin du Commerce Fabian Maingain a précisé mardi que des mesures complémentaires à celles prises par la Région étaient en préparation. Des groupes de travail se réunissent à ce propos, sachant que l’option première est de viser la bonne coordination des dispositions prises à différents niveaux de pouvoir.

Des commerçants dispensés d’un mois de loyer : « Chacun peut aider à son niveau »