FOOTBALL

Notre onze idéal face au coronavirus

Le sport est à l’arrêt pour l’heure. Il ne reste qu’un match, qui a éclipsé tous les autres: celui que nous livrons face au coronavirus, adversaire invaincu depuis trois mois déjà. Pour faire tomber ce brevet d’invincibilité, il fallait nécessairement du lourd dans la sélection qui a été retenue, sélection teintée aussi d’une légère coloration régionale. Parce qu’une note d’humour ne se refuse pas par les temps qui courent, voici donc notre onze face au coronavirus.

Gardien

L’homme invisible. Puisqu’il s’agit d’affronter un adversaire invisible, autant utiliser les mêmes armes. Et on le met dans les buts, même si sa récente sortie (au cinéma) est passée pour le moins… inaperçue.

Défenseurs

Sophie Wilmès. Arrivée sur la pointe des pieds dans l’équipe, elle y a rapidement fait l’unanimité par sa détermination et son leadership. Membre du MR, la Première ministre prend évidemment place au poste de libero.

Steve Gustin. L’ancien joueur de Virton est né le 18 mars 1980. Il vient donc d’entrer en quarantaine. Sélection logique.

Tim Castagne. Dans toute équipe, il faut une dose d’expérience. Et le sociétaire de l’Atalanta Bergame connaît mieux que quiconque cet adversaire qu’il a tellement envie d’écarter d’un grand coup de… Botte. Forza Timo, forza Bergamo!

Médians

Une blouse blanche. Parce que dans toute équipe, il faut un courageux, qui ne recule devant rien, qui met la tête là où personne ne met le pied. Au poste de médian défensif évidemment, celui qui se charge de nettoyer les ballons.

Emmanuel Macron. «Le football, ce n’est pas une question de vie ou de mort. C’est bien plus important que cela», a un jour déclaré Bill Shankly, le légendaire entraîneur de Liverpool. Le football, c’est même une guerre. Et nous sommes en guerre.

Diego Maradona. Parce que, pour avoir les meilleures chances de l’emporter, il faudra peut-être recourir à la main de Dieu.

Clément Couturier. Une combativité sans relâche, maintes fois étalée sur la pelouse virtonaise cette saison. Et un nom qui apparaît comme une évidence pour faire face à la pénurie de masques de protection.

Attaquants

Zlatan Ibrahimovic. Zlatan a été approché par le coronavirus; le coronavirus a été mis en quarantaine.

Jonathan Schinckus. «Restez chez vous!» La consigne, claire, a été maintes fois répétée. Le joueur de Givry, lui, l’a même devancée. Sans attendre, il a pris la décision de rentrer chez lui, à Chaumont.

Alex Lecomte. Pour une plus grande efficacité dans la lutte contre le coronavirus, tout déplacement inutile est prohibé en cette période de confinement. L’attaquant de Saint-Hubert fait clairement figure d’exemple à suivre dans ce domaine. Pour répondre à l’attente sur le terrain, il n’a jamais été du genre à faire un mètre pour rien. Ni pour se rendre à l’entraînement d’ailleurs.

 

Les non-sélectionnés

Philippe de Belgique

Sale temps pour la famille. Quelques mois après le frangin, écarté pour ses prétentions financières jugées trop élevées, c’est Philippe, cette fois, qui saute de la sélection après une dernière prestation qui, de l’avis général, a clairement manqué d’entrain et de détermination.

Boris Johnson

Écarté pour des raisons tactiques. Il n’est pas parvenu à comprendre le plan de bataille mis en place par le sélectionneur.

Donald Trump

Définitivement jugé trop individualiste, il ne parvient décidément pas à comprendre que le foot est un sport collectif