CELLES

DIAPO | Coronavirus: les enfants inondent la Toile de dessins du virus

Salomé, 4 ans, invite tous les enfants à participer à une expo éphémère et virtuelle sur Facebook en envoyant des dessins évoquant le virus. En attendant de pouvoir les accrocher aux cimaises d’un musée tournaisien...

Si la maman de Salomé a transmis un virus à sa fille, ce n’est certainement pas celui que l’on craint tant aujourd’hui. Non, il s’agit plutôt de celui qui lui inocule un réel don pour la créativité et l’imagination. Rose Guévart - la maman de Salomé - est en effet artiste, graphiste et créatrice d’articles pour bébés et en rapport avec la naissance et la petite enfance, dont de superbes faire-part dessinés par ses soins que l’on peut découvrir sur sa page Facebook «La maison de Rose».

«On a lancé avec Salomé, l’idée à tous les enfants de nous envoyer leur dessin pour partager autour du virus, nous explique Rose.

C’est en réalité Salomé qui a eu l’idée de les exposer sur internet, puisqu’elle est, comme la plupart des enfants, confinée à la maison. On a créé la page Facebook «Quand le soleil reviendra» et les messages tombent chaque jour… Les enfants, mais aussi les mamans et les papas, tous dessinent. Soit le virus, soit l’angoisse, soit l’espoir… La perspective d’un enfant est si différente. Je l’ai bien ressenti avec ma fille. Tout à coup, tout s’arrête. Plus de contacts. Plus de mamy. Plus d’école… Il fallait absolument en parler!

Étant à l’arrêt, et indépendante, j’offre, via Facebook, des ressources que je crée en vitesse, pour faire l’école à la maison: apprendre à dessiner, réaliser des recettes maison… Et les mamans suivent… C’est la même dynamique pour les dessins.

Multiplier ce type d’échanges est aussi, et surtout, un moyen de rester en contact avec les copains et copines de classe et leurs parents.

Nous aimerions faire quelque chose avec tous les dessins reçus lors de la réouverture des musées. J’y travaille. Mais, pour le moment, une expo virtuelle, c’est déjà génial…»

Et il y aurait en effet de quoi prolonger l’initiative car il suffit de se rendre sur la page créée sur l’idée de Salomé pour constater que la matière ne manque pas pour envisager une exposition «en vrai» lorsque la période de confinement sera derrière nous.

Pour les enfants et leurs parents, c’est aussi une manière de dédramatiser la situation actuelle, sans pour autant la minimiser mais pour mieux l’appréhender.