BANDE DESSINÉE

Plus aucun nouvel album avant mai

Plus aucun nouvel album  avant mai

Si vous voulez faire un stock de BD à lire durant le confinement, c’est maintenant ou jamais. Reporters

La France en confinement quasi-total, la Belgique pas loin de l’imiter: en conséquence, plus aucune nouveauté ne sortira d’ici fin avril. Minimum.

On ne voudrait pas vous plonger dans un total désespoir, mais sachez que vous ne pourrez pas plus compter sur le neuvième art que sur le septième pour quelque peu égayer vos longues journées de confinement: les éditeurs franco-belges ont tous confirmé, hier, qu’ils suspendaient leurs parutions jusqu’à minima la fin avril, voire plus tard encore pour certains (le 12 mai chez Dargaud, par exemple).

«Puisque la France va basculer en confinement, analyse Sabrina Gaudou, attachée de presse chez Soleil Éditions, cela n’a plus aucun sens de sortir des livres: les librairies vont être fermées et c’est même toute la chaîne du livre qui va être cassée dans la mesure où nos diffuseurs et distributeurs seront, eux aussi, empêchés de travailler. »

 

«C’est toute la chaîne du livre qui va être cassée»

 

Restera, bien sûr, les plateformes de vente en ligne, lesquelles seront toutefois orphelines de nouveautés. Et les services qui, comme Iznéo, proposent de la lecture numérique. Pour le reste tout est à l’arrêt du côté des éditeurs: « Dès demain, confirme Coraline Walraevens chez Dargaud, nous serons tous en télétravail. Ce n’est pas le boulot qui manquera, dans un premier temps: il faut déjà préparer les sorties programmées, de sorte à ce que les fichiers soient prêts pour le jour où les choses reprendront leur cours.» «Mais si les choses durent, poursuit Sabrina Gaudou, tout cela va se terminer par du chômage technique, je ne vois pas comment on pourra l’éviter. »

Autre défi: redéfinir un agenda de sorties pour l’hypothétique «reprise». «Et là, ça va être un fameux casse-tête, grommelle l’attachée de presse de Soleil. Tout va être décalé, ce sera l’effet boule de neige». Avec des conséquences économiques sans doute terribles, que ce soit pour les éditeurs que pour les auteurs.

La littérature va embrayer

 

Moins clair dans ses intentions hier, le secteur de la littérature devrait rapidement suivre le mouvement: un gros éditeur parisien a ainsi déjà signifié, hier, son intention de reporter sine die toutes ses sorties d’avril, sans le confirmer officiellement. Mais sans librairie ouverte, difficile, bien sûr, de vendre le moindre livre… Bref: si vous voulez faire du stock, c’est maintenant… ou presque jamais.

Nos dernières videos