CORONAVIRUS

Liège avance la réforme de la zone de police, avec les plaintes en ligne et prises de rendez-vous

Liège avance la réforme de la zone de police, avec les plaintes en ligne et prises de rendez-vous

La mise en place de la réforme de la zone de police est avancée. BELGA

Au vu de l’actualité avec l’épidémie de coronavirus, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer et le chef de corps Christian Beaupère ont décidé d’avancer la mise en place de la réforme de la zone de police.

La zone de police travaille sur une réforme de l’organisation de ses commissariatsdepuis un certain temps, a-t-elle annoncé lundi par voie de communiqué. Une réforme qui devait être présentée dans quelques semaines. Mais, au vu de l’actualité, la mise en place de cette réforme a été avancée.

En effet, «la situation de crise due au Covid 19 nécessite une capacité opérationnelle conséquente et nécessaire en vue des nombreuses missions qui nous incombent, notamment en matière de respect des mesures édictées par le gouvernement fédéral», soulignent le bourgmestre Willy Demeyer et le chef de corps de la police, Christian Beaupère.

Concrètement, cette réforme a pour objectif de palier à un déficit en effectif. «Depuis plusieurs années, la police belge, qu’elle soit locale ou fédérale, doit faire face à des difficultés en matière de recrutement de nouveaux policiers. Faire plus, toujours mieux, avec moins de personnel, nécessite d’adapter notre organisation. Dans ce contexte, la réorganisation des commissariats de quartier est indispensable pour continuer à assurer les missions de proximité et la résolution de problèmes (nuisances, mobilité/stationnement, propreté) en vue de contribuer à la qualité de vie des quartiers.»

En concertation avec l’autorité communale, la police a donc décidé de renforcer la police de proximité, renforcer les actions et mettre tout en oeuvre pour renforcer le cadre. Treize commissariats sont ainsi regroupés en cinq secteurs: Wallonie-Liège centre, Guillemins-Sclessin, Jupille-Wandre, Chênée-Grivegnée bas, Sainte-Walburge-Rocourt. Ce qui permettra une présence dans les quartiers au-delà de 17h et une mobilisation plus souple d’un effectif plus concentré sur les quartiers.

Pour mettre en pratique cette réforme, la zone de police utilise la technologie au service de ses citoyens en proposant trois nouveautés. Dorénavant, les Liégeois peuvent dépose plainte en ligne 24h/24, 7j/7 sur le site Web www.policeliege.be. Seules conditions: le plaignant doit avoir une adresse mail, les faits doivent avoir lieu sur le territoire de la ville de Liège et l’auteur des faits doit être inconnu. Pas question donc de déposer des plaintes contre son voisin, par exemple. Le dépôt de plainte en ligne concerne les faits suivant: dégradations mobilières ou immobilières, dégradations sur un véhicule, graffitis, perte d’objet, vol à la tire, vol à l’étalage, etc. Une fois les données encodées, le plaignant recevra par mail un mail récapitulatif, avec le numéro de PV.

Les habitants pourront prendre rendez-vous en ligne ou par téléphone pour porter plainte, avec une extension des tranches horaires d’ouverture. La procédure de délivrance des OPV (occupation de voie publique) par mail est généralisée au sein de tous les commissariats. Les habitants ont la possibilité d’avoir un contact direct par téléphone dans tous les commissariats avec leur inspecteur de quartier pour prendre rendez-vous. Les plaintes pourront être prises à domicile pour certaines catégories de personnes (personnes âgées, PMR, personnes malades). Cette possibilité est également offerte aux commerçants.

Sans surprise, les rendez-vous individuels en commissariat et à domicile ne seront possibles que lorsque cette crise sanitaire sera derrière nous, indiquent le bourgmestre et le chef de corps.

Durant la crise sanitaire, il est demandé aux citoyens de ne se déplacer que pour des plaintes urgentes. Outre l’hôtel de police accessible 24h/24 et 7j/7, cinq commissariats de quartier, les têtes de secteur, assurent l’accueil du public en augmentant les couvertures horaires et l’accessibilité.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos