SOCIÉTÉ - EMPLOI

Trois conseils pour du télétravail efficace: «Au début, on veut souvent en faire trop»

Trois conseils pour du télétravail efficace: «Au début, on veut souvent en faire trop»

Parce qu’il est conseillé de rester chez soi autant que possible pendant les trois prochaines semaines, bon nombre de Belges télétravaillent. Reporters (Illustration)

En quarantaine, une bonne partie des travailleurs belges se met au télétravail à partir de ce lundi. Une pratique plus souple mais qui demande aussi pas mal de rigueur personnelle. Conseils.

Parce qu’il est conseillé de rester chez soi autant que possible pendant les trois prochaines semaines, bon nombre de Belges télétravaillent. Une alternative sympa, à première vue, qui peut vite tourner au cauchemar si elle ne s’accompagne pas de quelques restrictions.

 

 

Benjamin a 8 ans de télétravail dans les pattes. Selon lui, cette pratique peut être très agréable tant que la sphère professionnelle et la sphère privée ne se chevauchent pas. D’où les conseils suivants:

 

1«Aménagez-vous votre propre espace professionnel»

 

Plutôt que de travailler sur la table du salon ou dans le canapé, Benjamin préconise de bosser dans une pièce dédiée. D’une part, ça permet de structurer son espace de travail sans pour autant occuper une pièce de vie. Et d’autre part, ça permet aussi de bien différencier ce qui est de l’ordre du professionnel et ce qui a trait uniquement au domaine du privé.

«Personnellement, avoir une pièce uniquement consacrée à mon boulot, ça m’aide à faire une coupure mentale, explique Benjamin. Dès que je m’y installe, je sais que c’est pour y travailler. Et dès que j’en sors, je sais que je peux me consacrer pleinement à ma famille.»

 

2«Imposez-vous des horaires fixes»

 

«C’est sans doute ce qui est le plus difficile à faire, surtout au début, lorsqu’on commence à télétravailler.»

Bien que le télétravail permet à chacun de programmer sa journée comme il l’entend, il sera difficile pour certains de lâcher son ordinateur durant la journée, assure Benjamin. «Étant donné qu’on est seul chez soi, on a parfois l’impression qu’on doit en faire plus pour prouver qu’on ne se la coule pas douce et qu’on en fait autant que si on était au bureau.» À ce raisonnement aussi vicieux que tronqué, une solution: découper sa journée en tranches horaires.

«Concrètement, il faut se forcer à respecter des horaires bien définis à l’avance, explique encore le cadre liégeois. Si vous avez décidé en début de journée que vous alliez bosser jusqu’à 17h00, il faut couper votre ordinateur à la même heure. On peut déborder un peu bien sûr, histoire de clôturer l’un ou l’autre dossier, mais il faut éviter la surenchère. Et dans la foulée, il faut aussi veiller à respecter des plages de repos. Travailler 8 heures d’affilée, c’est contre-productif.»

 

3«Évitez les tentations extérieures»

 

Tout comme il est conseillé de ne pas rester en pyjama lorsqu’on travaille chez soi, le télétravail ne doit pas être une excuse pour dévaliser ses placards.

«Quand on travaille à domicile, on est vite tenté de se mettre en mode «cool», sourit Benjamin. Chacun fait comme il veut, mais c’est une erreur. Sur le coup, on pense gagner en qualité de travail mais, au final, on en oublie qu’on doit bosser.» Ce qui risque de se répercuter plus tard, que ce soit dans la qualité de votre travail ou dans sa quantité.

 

«Le plus dur, ce sera de gérer les enfants»

S’il est persuadé que chaque Belge trouvera son juste équilibre dans le télétravail de ces prochains jours, Benjamin craint juste que la présence (obligatoire) des enfants à domicile ne pose un réel problème d’organisation.

«Faire la part des choses entre le domaine privé et le domaine professionnel, c’est assez facile quand on est seul. Ça demande juste un peu de rigueur, lâche ce cadre liégeois. Mais c’est certainement plus dur à faire lorsque les enfants sont à proximité. Comment faire pour rester efficace tout en les occupant intelligemment, je me pose encore la question pour le moment. À priori, je pense que la seule solution à ce problème est de privilégier l’alternance avec votre compagne/compagnon, par exemple. Pendant que l’un avance dans ses dossiers pendant une heure, l’autre parent s’occupe des enfants, et inversement. Mais ça va faire de grosses journées, c’est sûr…»

En croisant aussi les doigts pour que la technique de l’alternance fonctionne.