GARDERIE

Corona: «J’espère que beaucoup de gens vont faire attention»

Corona: «J’espère que beaucoup de gens vont faire attention»

Très peu d’élèves dans les écoles. Jeux, activités par fiches, bricolages... les enfants présents sont ceux dont les parents travaillent dans les secteurs de soins, d’aide aux personnes ou les secteurs liés à la sécurité. OceanProd - stock.adobe.com

Les cours d’école sont quasi vides. Que disent les enfants qui y passent la journée en garderie? Voici l’avis d’Agathe, Firmin et Aurélien, trois élèves de 6e année.

« Nos parents doivent être au travail, ils sont dans le secteur pharmaceutique et l’aide aux personnes», expliquent Aurélien et Firmin. Mais les deux élèves ne seront pas tous les jours ensemble à la garderie. Aurélien va parfois chez des copains.

«La situation ne me tracasse pas trop, raconte Aurélien. Ce qui m’embête, c’est que je ne peux plus aller chez mes grands-parents car il y a mon arrière-grand-mère. C’est ça le plus embêtant. Mais je ne veux pas la contaminer.»

Agathe est à l’école à Assesse (Namur). «Mes parents travaillent dans un hôpital. Mon frère (4 ans), ma sœur (14 ans) et moi, nous devons aller à la garderie.»

1.Que dit-on du corona dans la famille ?

Chez les trois enfants, le coronavirus est peu présent dans les conversations.

«Les parents en parlent un peu mais ils ne nous rendent pas stressés. C’est important de bien suivre les mesures de sécurité», souligne Agathe.

2.Une vie différente à la maison

«Habituellement, on va au sport ou chez les scouts. Bouger, ça nous manque! On est allés dans le jardin, on a fait un peu de vélo. Ici, à la garderie, on joue au foot.» expliquent les garçons.

Dans cette école de Cortil-Wodon (Namur), l’institutrice a prévu des fiches de travail. «On a un programme de travail. On doit lire un peu tous les jours, on doit écrire. On doit faire des maths et du français. On continue donc à travailler. On a nos synthèses.» Aurélien et Firmin prévoient deux heures de travail par jour.

Agathe aime lire. «A la garderie, on fait des jeux autonomes, des jeux de société...» Au moment des récrés, elle en profite pour jouer avec son jeune frère.

A la maison, la vie change. «On ne fait plus de sorties au cinéma, par exemple, explique Agathe. On va beaucoup plus jouer dehors, dans le jardin.»

3.Quelles actions poser ?

«Il faut être solidaire, dit Aurélien. Dans les magasins, il ne faut pas se servir trop et ne rien laisser aux autres. Il faut prendre ce dont on a besoin.»

Les parents d’Agathe travaillent à l’hôpital. «Je suis contente. Je me dis qu’ils peuvent aider des personnes. J’espère que l’épidémie va cesser vite mais on ne peut pas le prévoir. Il faut prendre les mesures nécessaires et tant que l’on fait bien attention, c’est positif. J’espère que beaucoup de personnes vont faire attention.»

Le sondage de la semaine