JODOIGNE

Cinq chevaux et deux vaches maltraités saisis à Jodoigne

Les refuges Animaux en Péril, Le Rêve d’Aby et Help Animals sont intervenus ce jeudi dans une habitation de Jodoigne afin de prendre en charge cinq chevaux et deux vaches. Cette intervention fait suite à un procès-verbal de maltraitance dressé par la police.

À leur arrivée sur les lieux, les équipes des refuges se sont étonné de la qualité des bâtiments où sont logés les animaux tant ceux-ci sont neufs, «ce qui contraste fortement avec l’état sanitaire des animaux et leurs conditions de détention, précisent Animaux en Péril, Le Rêve d’Aby et Help Animals dans un communiqué. Ils piétinent notamment une importante couche de fumier témoignant d’un manque d’entretien qui peut être évalué à plusieurs semaines.»

Les équidés et les bovins appartiennent à un ancien fermier qui vit sur place, mais qui selon divers témoignages, n’a plus «le cœur à l’ouvrage» et n’entretient plus ses animaux depuis un moment.

Des animaux privés du minimum vital

Lorsque les soigneurs professionnels et bénévoles des refuges ont découvert les animaux détenus à l’intérieur des bâtiments, ils ont constaté que deux des quatre poneys de race Haflinger étaient maigres. Selon l’association, «Leur pelage était négligé et souillé par les excréments et l’urine dus au fait qu’ils étaient contraints de se coucher dans la fange depuis un certain temps. Un cheval de trait, bien qu’il présente un bon état d’embonpoint, a sa robe encore plus négligée que ses voisins. Cette situation a eu pour conséquence la dégradation de ses sabots. Il est également de toute évidence infesté de parasites internes.»

Et de poursuivre: «Les deux vaches sont les plus mal loties; bien qu’apparemment rondes, leur embonpoint ne correspond pas au «standard» de leur race, révélateur d’une grave malnutrition. Sur la quasi-entièreté de leur corps, leur pelage est rongé par la gale. Pour l’une d’entre elles, de nombreuses plaies de grattage à sang sont apparentes. Ce dernier point confirme que les animaux sont détenus dans des conditions d’hygiène inacceptables depuis fort longtemps. Le propriétaire était informé du jour et l’heure de l’embarquement des animaux et avait déposé de la paille fraîche par-dessus la litière misérable des animaux. Les membres des équipes d’intervention ne se sont bien sûr pas laissés leurrer par ce cache-misère.»

Une situation difficilement compréhensible

Le niveau de qualité de la propriété ainsi que de l’habitation confirme que la négligence ne peut s’expliquer par une situation économique difficile. La quantité de fourrage et de litière sur place atteste aussi de la possibilité d’offrir aux animaux des conditions de vie acceptables.

Plusieurs témoignages ont révélé une absence totale de volonté de la part de l’ancien agriculteur d’apporter des soins quotidiens à ses animaux. Par ailleurs, aucun équidé n’est identifié comme l’exige pourtant la loi. Suite au constat des forces de l’ordre sur base d’une plainte déposée par un particulier, l’agriculteur retraité a fait acte d’abandon de ses animaux. Ce geste de «bonne volonté» ne minimise pas l’infraction au Code wallon du Bien-être animal et Animaux en Péril ainsi que le Rêve d’Aby et Help Animals espèrent que le propriétaire sera quand même poursuivi pour les infractions dont il est l’auteur.

Une intervention menée avec précaution

La prise en charge des animaux s’est déroulée sans encombre et dans le calme. Toutefois, l’équipe d’intervention devait être très prudente par rapport au cheval de trait. Celui-ci étant toujours étalon et confiné dans son box depuis plusieurs semaines, il manifestait des signes d’excitation et d’agressivité.

Arrivés à bon port

L’ensemble du cheptel a été réparti au sein des refuges intervenus ce jeudi. Animaux en Péril a accueilli les deux vaches et le cheval de trait, Help Animals a pris en charge deux poneys tout comme Le Rêve d’Aby. Ce dernier confiera toutefois l’un de ses deux pensionnaires à un nouveau refuge collègue tout récemment agréé: La Belle Vie.

Tous les rescapés sont pour le moment placés en quarantaine dans les différents refuges en attendant d’être entièrement débarrassés de leurs parasites.

«Nous remercions la police de Jodoigne pour sa précieuse collaboration ainsi que le vétérinaire descendu sur les lieux pour son aide plus qu’indispensable», ont conclu les responsables des refuges Animaux en Péril, Le Rêve d’Aby et Help Animals.