Quelques explications techniques

Adobe Stock

Les normes Q-Zen impliquent de respecter un certain nombre de critères techniques. Le premier d’entre eux est le niveau E d’une maison. Celui-ci mesure l’efficacité énergétique d’un bâtiment, en Région wallonne, il est appelé niveau Ew.

Celui-ci est déterminé par un rapport entre la consommation annuelle d'énergie primaire de l'unité et une consommation annuelle d'énergie primaire de référence, multiplié par 100. Il faut également s’entendre sur la définition de l’énergie primaire, il s’agit de l’énergie directement disponible dans la nature (vent, charbon, bois, pétrole, géothermie, rayonnement solaire, …).

 Suivant la Directive européenne, le calcul du niveau E intègre différents éléments : le site et l’implantation du bâtiment (orientation et compacité) ; les équipements de chauffage, de refroidissement et d’approvisionnement en eau chaude sanitaire ; les systèmes solaires passifs et les protections solaires ; la ventilation ; le confort intérieur ; l’étanchéité à l’air du bâtiment mais aussi les caractéristiques de l’enveloppe et les subdivisions internes. Pour atteindre la norme Q-Zen, obligatoire à partir du 1er janvier 2021 en Wallonie, le niveau Ew d’une maison devra être inférieur ou égal à Ew45. Pour les occupants, un niveau Ew très bas signifie des factures énergétiques moins lourdes à payer. En effet, une habitation Q-Zen n’a besoin que de très peu d’énergie primaire pour le chauffage ou la production d’eau chaude sanitaire. L’énergie nécessaire pour le chauffage ou la production d’eau chaude sanitaire peut être produite sur place grâce à des panneaux solaires ou photovoltaïques. L’isolation est un autre facteur important dans une habitation Q-Zen, elle permet de minimiser les déperditions énergétiques et contribue donc à faire diminuer la consommation globale d’une maison. Le climat s’en portera aussi mieux, c’est d’ailleurs le but poursuivi par une législation qui semble parfois complexe.

Habitat : articles proposés par la régie