NAMUR

La zone NAGE s’adapte à l’épidémie

La zone NAGE s’adapte à l’épidémie

«Les ambulanciers disposeront d’un matériel de protection adapté avec des masques et des tenues jetables.» ÉdA – Florent Marot

Une ambulancesera dédiée aux transports de patients suspects, ou souffrant du coronavirus.

Les réunions de crise se multiplient, ce vendredi matin, à la suite de l’annonce survenue dans la soirée de jeudi du passage en «phase fédérale» par le gouvernement.

«Nous venons de nous réunir avec les différents services et département de la zone pour faire le topo sur la situation», a annoncé le commandant Pierre Bocca peu après 10 h 30.

Tant les formations prévues en interne, et devant rassembler un grand nombre de personnes, que celles se déroulant à l’extérieur, ont été annulées. À ce titre, l’École du Feu (Sambreville) a cessé ses activités. En ce qui concerne le volet prévention et planification, les pompiers ont choisi d’annuler toutes les visites de bâtiments qui étaient prévues. «Jusqu’au 3 avril, nous n’organiserons plus de contrôles. Nous travaillerons sur base des plans d’urbanisme.» Il n’est cependant pas exclu que des contre-visites soient organisées dès un retour à la normale. Enfin, dans les services assurant des tâches administratives, le recours au télétravail sera encouragé.

Pas de pic d’activités

Sur le plan opérationnel, des mesures sont prises pour assurer le même niveau de service. «Pour l’heure, nous n’avons pas de personnel absent pour cause de maladie. Mais si nous devions y faire face, nous irons chercher des gens dans d’autres postes», assure le commandant.

Par ailleurs, la zone NAGE a réservé une ambulance pour le transport spécifique de personnes ayant contracté le coronavirus (Covid-19) ou étant considérées comme suspectes. «Les ambulanciers disposeront d’un matériel de protection adapté avec des masques et des tenues jetables… Un processus de décontamination du matériel est également prévu.»

«Jusqu’à présent, nous ne constatons pas de pic d’activité lié au virus, mais on met des choses en place pour faire face à une augmentation du nombre de transports de cas suspects», conclut le colonel Pierre Bocca. D’autres réunions avec les instances sont prévues ce vendredi.