Coronavirus: réunion d’urgence, à 27, pour «mieux coordonner» la réponse de l’UE

Coronavirus: réunion d’urgence, à 27, pour «mieux coordonner» la réponse de l’UE

Charles Michel aurait fait parvenir une note en quatre points aux délégations AFP

Un sommet d’urgence de l’UE par visioconférence a débuté, ce mardi, pour tenter de «mieux coordonner» la réponse de l’Union à l’épidémie de Covid-19, désormais présent dans les 27 pays.

Faute de temps pour organiser la rencontre, la réunion se fait à distance entre les dirigeants, sous l’égide du président du Conseil européen Charles Michel. Elle a commencé peu après 17h00.

Charles Michel a fait parvenir une note en quatre points aux délégations, selon une source européenne. Il s’agit d’abord de s’accorder pour «mieux informer et coordonner» la lutte contre la dissémination de la maladie, ainsi que la fourniture d’équipements médicaux.

«Pour répondre au défi du Covid-19, nous avons besoin de plus d’Europe, mobilisée aux côtés des États membres pour contenir la contagion du virus, garantir les équipements médicaux et s’accorder sur des mesures pour réduire l’impact économique et social négatif pour nos citoyens», a résumé sur Twitter Charles Michel, à quelques heures de la réunion.

Pour contribuer à la discussion sur les conséquences économiques, la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde a été invitée à participer.

La cheffe de l’exécutif européen, Ursula von der Leyen, qui participe à la réunion extraordinaire, a demandé à ses équipes «d’examiner d’autres outils que la Commission peut mobiliser pour faire face à l’impact global de l’épidémie de coronavirus sur l’économie, dans toute l’Europe».

«De nombreux secteurs en souffrent déjà. Et nous devrons chercher des moyens de les soutenir», a-t-elle affirmé lors d’une déclaration à la presse mardi après-midi.

Elle a d’ores et déjà annoncé une aide au secteur aérien, qui souffre particulièrement des conséquences de l’épidémie, en assouplissant temporairement les règles sur les créneaux aéroportuaires afin d’empêcher les vols à vide.

«Nous pouvons résister au choc, nos fondamentaux économiques sont solides, nos économies pourront rebondir une fois ce choc absorbé», a assuré le vice-président exécutif de la Commission Valdis Dombrovskis.

Lors d’un débat devant le Parlement européen mardi matin, son collègue chargé de la gestion des crises Janez Lenarcic avait insisté sur la «solidarité» nécessaire entre États membres.

«Sans solidarité, nous n’irons pas loin. Pourquoi? Simplement parce que la Commission ne gère pas ses propres stocks d’équipements de protection, de masques... Si elle le faisait, l’Italie serait la première à en obtenir de notre part. Mais nous ne le faisons pas. Nous comptons sur les États membres et leur solidarité».

La France attend de cette réunion «un signal au plus haut niveau de coordination». Au-delà des mesures de court terme, essentiellement de soutien aux entreprises, «il faut préparer une réponse économique profonde qui ne sera pas monétaire» mais aussi «budgétaire», a indiqué la présidence française, peu avant la réunion.


Nos dernières videos