article abonné offert

En tant que monteur, Philippe Bourgueil voit «cinquante fois un film comme si c’était la première»

En tant que monteur, Philippe Bourgueil voit «cinquante fois un film comme si c’était la première»

«Les implications des réalisateurs sont différentes. Certains sont là tout le temps, d’autres une heure par jour. Mais j’en ai rarement vu qui ne s’intéressent absolument pas au montage.» ÉdA – Laura Bourlet

Homme de l’ombre, Philippe Bourgueil sera dans la lumière du festival de Moustier, ce soir. L’occasion d’entrer dans le monde de celui qui a monté des films comme Podium, Le Boulet ou Les Visiteurs 3.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 34 des 1153 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?