RÉGIONS

Une action de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal dans 8 hôpitaux liégeois

Une action de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal dans 8 hôpitaux liégeois

Une journée de sensibilisation aura lieu ce jeudi dans huit hôpitaux de la province de Liège. EdA Archives

Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus meurtrier en Belgique. Huit hôpitaux de la province de Liège proposeront ce jeudi une action de sensibilisation.

Sous l’égide de la Fédération Liégeoise de Cancérologie Digestive (FLCD), huit hôpitaux issus de la province de Liège (CHC, CHU, CHR de la Citadelle, Centre Hospitalier Bois de l’Abbaye, CHR Huy, CHR Verviers, Centre Hospitalier Reine Astrid de Malmedy, Clinique André Renard) s’associent en organisant une action de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal ce jeudi.

Il s’agit du deuxième cancer le plus meurtrier en Belgique, tant chez les hommes que chez les femmes. Pourtant, un simple dépistage permet de le détecter rapidement et d’obtenir un taux de guérison de plus de 90%.

Le cancer du côlon, c’est 8.500 nouveaux cas chaque année et 4.000 décès annuels.

«Le cancer du côlon, c’est 8.500 nouveaux cas chaque année et 4.000 décès annuels. Mais ce bilan n’est pas une fatalité. Lorsqu’il est dépisté tôt, il se guérit dans plus de 90% des cas», explique le Dr Ghislain Houbiers, président de la LFCD. «Ces statistiques nous n’en voulons plus, et c’est pourquoi, durant toute une journée, des gastroentérologues et des infirmiers seront présents dans les halls d’entrée des hôpitaux pour informer les personnes intéressées par ce dépistage.»

La particularité du cancer colorectal est qu’il débute dans un polype après environ une dizaine d’années d’évolution. Découvrir un polype et l’enlever lors d’une colonoscopie qui dure 20 minutes a donc un avantage majeur: cela permet d’éviter le développement d’un cancer.

«Ce dépistage a donc d’autant plus de sens et surpasse en efficacité les dépistages des autres cancers», remarque le Dr Houbiers.

Un test de dépistage est proposé par la Région wallonne. Il est simple, facile et gratuit. Il consiste à détecter la présence de sang dans les selles, en prélevant un échantillon de celles-ci à l’aide d’un bâtonnet de la taille d’un cure-dent. Il se réalise à la maison en toute intimité. L’échantillon doit être envoyé au centre de dépistage par la poste dans une enveloppe fournie et pré-affranchie. Le résultat est envoyé dans les 15 jours qui suivent. En cas de positivité, une consultation chez un gastroentérologue est proposée afin de réaliser une colonoscopie.

Le test s’adresse aux femmes et aux hommes entre 50 et 74 ans, sans symptômes digestifs et sans antécédent dans la famille proche de cancer du côlon ou de polypes du colon. Il doit être réalisé tous les deux ans.

Les personnes qui ont des symptômes (perte de sang, amaigrissement, perte d’appétit ou douleurs abdominales) ou qui ont un proche qui a eu un polype ou un cancer du côlon sont invités à en parler à leur médecin traitant.

«Pour que l’organisation de ce dépistage en Wallonie ait un vrai impact en matière de santé publique, il faut obtenir de la part de la population cible un taux de participation d’au moins 50 %. Actuellement, le taux de participation est d’environ 15 pc en Région wallonne et à Bruxelles, et de 55 pc en Flandre. Aux Pays-Bas, le taux atteint 80 pc», conclut le Dr Houbiers.

La journée de dépistage est une organisation de la FLCD (Fédération Liégeoise de Cancérologie Digestive), une ASBL indépendante qui ne dépend d’aucune institution hospitalière particulière.