Proximag

Un break mais pas pour se reposer

Un break mais pas pour se reposer

D.R.

Les qualités d’un maçon, ce sont la rigueur et la précision. Lorsqu’on pose les fondations d’un bâtiment, on n’a pas droit à l’erreur. Ce métier est aussi très physique. Toutes ces facettes de ce métier, Dimitri Van De Par les exploite aussi dans ses loisirs dont le break dance.

Après sa journée au sein d’une grande entreprise namuroise de maçonnerie, Dimitri a encore de l’énergie à dépenser. «J’ai commencé à faire du sport à l’âge de 17ans. Tout d’abord, j’ai fait du taekwondo. Ensuite, mon frère qui pratiquait du break dance depuis quelque temps m’a donné l’idée d’en faire à mon tour. À force de pratiquer ces 2 disciplines, j’ai eu envie de tester de nouveaux sports. Je me suis donc mis au kung-fu et au mma». Dans la région d’Hastière, il est reconnu par de nombreux enfants qui pratiquent avec lui le break dance. Ce qu’il aime dans cette discipline, c’est la notion de partage, l’envie de s’améliorer constamment. Sa plus jeune élève est âgée de seulement 5 ans, mais elle aime aussi participer aux battles. «C’est impressionnant comme on peut les voir réaliser des enchaînements de figures toutes différentes, et surtout comme ils y prennent du plaisir.» Les participants à ses cours, tant les adultes que les enfants, sont super-motivés pour préparer le spectacle de fin de saison. «Ils sont les premiers étonnés de leur évolution». A ceux qui voudraient le rejoindre, Dimitri précise qu’il faut beaucoup de patience et d’envie, «pas spécialement beaucoup de force, mais de la volonté». En plus de ces cours de break danse et d’arts martiaux, Dimitri continue de se former «pour donner le meilleur de moi moi-même à mes élèves».