Proximag

Quand Sophie se révèle, on rit

Quand Sophie se révèle, on rit

ÉdA

La petite trentenaire, le regard sceptique ou rieur, un talent d’écriture indéniable et un humour à toute épreuve, Sophie Francis a tout d’une grande… humoriste en herbe. La Liégeoise remportait l’an dernier le Festival d’Humour de Remicourt et y présentait récemment son premier «stand up».

Difficile à croire quand on la connaît un peu, quoique. Sophie, la discrète, la pianiste, la gourmande, présentait récemment son premier «one woman show» devant un parterre tout acquis à son humour joliment décapant. «Je suis plutôt réservée dans la vie, c’est vrai mais la scène, ça aide. Cela fait plusieurs années que je suis les ateliers du Centre culturel. Gagner l’an dernier fut une surprise mais un énorme plaisir aussi», confie-t-elle. L’écriture, elle connaît, elle maîtrise également, elle qui a déjà écrit un premier roman. «Les mots viennent aisément; au théâtre l’impro aide énormément et j’adore ça. Mes textes, je les écris, je les retravaille sans cesse, ce n’est pas un souci». Mise en scène par Sarah Cirri, le 29 février dernier, la jeune femme a recueilli une salve d’applaudissements mérités, elle nous a fait bien marrer. «Cela reste toujours angoissant le stand up car, ouille! Pourvu qu’on fasse rire, sans s’aider de formules trop faciles ou vulgaires.» S’appuyant sur son parcours, sa famille, le célibat, des personnages déroutant dans lesquels on se reconnaît et des situations gentiment exagérées (quoique) vécues par tous, Sophie s’éclate seule en scène, des planches qu’elle occupe sans trembler. L’humour? En vivre? «Pourquoi pas (rires)? J’avoue que j’y prends goût, mais faut pas rêver, c’est difficile». Si, rêve! Sophie, l’instit primaire à ses heures (quand elle en a) se réveille en scène. Une fille en or à suivre assurément!