article abonné offert

«J’ai vraiment voulu apaiser les choses»

«J’ai vraiment voulu apaiser les choses»

Dans son argumentaire, le curé s’appuie sur le droit canonique. -

C’est l’abbé Jean-Pol Crépin qui a célébré les funérailles de Jacques G. «Je l’ai réellement fait dans une optique d’apaisement», assure le prêtre hesbignon qui n’a jamais caché sa sympathie pour le défunt.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 35 des 211 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?