COMINES-WARNETON

Wallonie picarde: deux premiers cas de coronavirus confirmés à Comines

Wallonie picarde: deux premiers cas de coronavirus confirmés à Comines

L’hôpital d’Ypres déclare avoir désormais la possibilité de réaliser un nombre limité de tests en ses murs. AFP

Deux habitants de Comines sont atteints du Covid-19. La bourgmestre Alice Leeuwerck a confirmé l’information ce samedi après-midi.

La Wallonie picarde connaît ses deux premiers cas de coronavirus. «La présence du coronavirus COVID-19 dans l’entité de Comines-Warneton nous a été confirmée. Des mesures de prévention ainsi que la mise en quarantaine des cas confirmés en biologie et de leurs familles ont été prises par les autorités sanitaires. Nous vous communiquerons toute information vérifiée et pertinente en temps voulu,» indiquait ce samedi après-midi la bourgmestre Alice Leeuwerck sur les réseaux sociaux.

Contactée par nos soins, Mme Leeuwerck indique que les deux patients déclarés positifs au coronavirus proviennent de deux familles différentes de l’entité et n’ont aucun lien entre-eux. « Je n’en sais pas davantage sur ces deux personnes si ce n’est qu’elles se sont rendues à l’hôpital d’Ypres de leur propre initiative. Une fois les résultats tombés, elles ont été placées en quarantaine pour quinze jours».

«Ne pas faire du Comines bashing: il y a sans doute d’autres cas en Wallonie picarde»

La bourgmestre en appelle à ne pas faire du «Comines bashing»: « Il y a probablement d’autres cas en Wallonie picarde mais les bourgmestres ne sont pas automatiquement informés. Il n’y a en effet aucune communication entre les hôpitaux, les médecins et les autorités communales. Pour avoir l’information, j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin et appelé les hôpitaux de la région, dont celui d’Ypres.»

Parmi les personnes infectées, une mère de famille qui habite à Comines-Warneton s’est rendue à l’hôpital flamand pour faire le test. Selon nos informations, elle a déclaré avoir été en contact avec une personne contaminée, dans un restaurant de Wevelgem.

L’analyse a été réalisée au sein du laboratoire de l’hôpital et le résultat s’est révélé positif au Covid-19. Les personnes qui vivent sous le même toit ont également été mises en quarantaine, durant 15 jours. Notamment deux de ses enfants. Les écoles où ils sont scolarisés restent vigilantes quant à l’évolution de la situation.