RENCONTRES SUBAQUATIQUES

VIDÉO | Rencontre magique avec les écrevisses et la carpe d’or dans une carrière immergée

Avec le printemps qui s’annonce, la faune subaquatique se réveille. Les écrevisses sortent de leur «terrier» et font parfois d’étonnantes rencontres quelques mètres sous la surface… Ce qui donne lieu à des images d’une rare poésie…

Dans nos plans d’eau, on a généralement plus de chance de croiser des écrevisses turques ou à pattes grêles (Astacus leptodactylus), des petites américaines (Orconectes limosus), d’autres dites de Louisiane (Procambarus clarkii) ou encore des écrevisses Signal ou de Californie (Pacifastacus leniusculus) que notre bonne vieille «à pattes rouges» qui est la seule à être réellement protégée, sa pêche étant interdite alors qu’elle est réglementée pour les autres espèces.

Il n’empêche que la rencontre avec ces crustacés offre toujours quelque chose de magique pour les plongeurs qui ont pour habitude de tremper leurs palmes sous la surface des plans d’eau du Tournaisis.

Plus rare à observer, parce que plus craintive que ses congénères, la carpe dorée - ou la carpe d’or - doit son nom à la couleur de ses écailles qui brillent comme le soleil.

C’est un poisson magique auquel les Chinois attribuent la vertu de porter chance à celui qui le croise. Pour la petite histoire, on notera qu’il existe environ 1500 espèces et de sous-espèces de carpes à travers le monde. Si, comme c’est le cas ici, aucun prédateur ne vient réellement perturber leur croissance, elles peuvent atteindre un poids respectable jusqu’à 45 kg pour certaines d’entre elles…

Pour l’heure, la chance était de pouvoir immortaliser cette rencontre à travers une vidéo que nous vous invitons à regarder.