LESSINES

Saisie catastrophique de chiens et tortues dans une maison insalubre à Lessines

L’ASBL Opale – Refuge des Collines a recueilli, jeudi, treize chiens et trois tortues qui vivaient dans des conditions épouvantables, au milieu des déjections et de cadavres d’autres animaux.

Jeudi, le Refuge des Collines (Opale ASBL) a été contacté par les autorités communales. «On nous a dit qu’un arrêté de saisie avait été pris et que nous devions être là dans l’heure», raconte Alison Lamont, responsable animalière du refuge. «Déjà là, nous nous rendions compte de l’urgence de la situation. Mais quand nous sommes arrivés sur place, c’était pire. Nous avons d’ailleurs dû appeler du renfort.»

Le travail des bénévoles n’a pas été facile. «Il n’y avait pas d’électricité et nous découvrions au fur et à mesure les animaux. Heureusement, nous avons pu bénéficier de l’aide précieuse des policiers.»

Et ce que l’ASBL Opale a découvert dépasse l’entendement. En tout, treize chiens et trois tortues ont été saisis. Le Refuge des Collines prendra en charge sept chiens. «Les autres devront être dispatchés dans d’autres structures après avoir été vus par notre vétérinaire. Pour les tortues, nous cherchons un centre adapté. En attendant, elles restent chez nous.»

La maison où ont été trouvés les animaux était insalubre depuis trois ans. «La propriétaire vivait donc dans un autre logement et affirme qu’elle venait tous les deux jours voir les animaux, cela qui nous semble peu croyable. De grands sacs de 25 kg de croquettes étaient éventrés sur le sol pour qu’ils tiennent le plus longtemps possible… Elle ne semble pas se rendre compte de la situation. C’est vrai, les chiens n’étaient pas maigres, mais ils vivaient dans des conditions abominables, parmi les cadavres et les déjections. La propriétaire a décrété qu’on ne pouvait pas l’obliger à ramasser les crottes!»

Voici le récit de la saisie, publié par l’association sur les réseaux sociaux

«À notre arrivée sur place, dans cette maison plus qu’isolée, nous trouvons tout d’abord un chien croisé berger enfermé dans un chenil de fortune dans plus de 40 cm de boue et de déjections. L’animal à de gros soucis de peau, mais est extrêmement amitieux. Ces conditions en disent déjà long sur ce que nous allons découvrir à l’intérieur.

Nous rentrons dans la première pièce, une annexe de la maison. À l’intérieur: quatre chihuahuas croisés pékinois. Les chiens vivent dans des conditions d’insalubrité totale. Ils vivent dans leurs excréments, sans aucun couchage confortable & au milieu d’objets dangereux. L’un d’eux était d’ailleurs coincé derrière un poêle. Les animaux sont terrorisés, non habitués au contact de l’homme. Certains mordent, se lancent sur nos bénévoles. Mais après quelques dizaines de minutes, nous arrivons à les prendre en charge et à sortir tout le monde de ce capharnaüm.

Nous pensions être au bout de nos surprises, mais nous entendons à nouveau des aboiements de petits chiens. Nous en découvrons sept derrière la porte principale de l’habitation. Cette porte, impossible à ouvrir, était coincée par plus de 10 cm de déjections au sol. Cette couche était présente dans l’entièreté de la propriété, sans aucune exception.

Après avoir enfin réussi à rentrer, nous montons au premier étage. Nous découvrons tout d’abord sept cadavres de tortues, alignés sur la fenêtre de la salle de bains, tels des trophées, en décomposition. Plus loin, nous retrouvons trois tortues étonnamment vivantes. Elles demeurent dans un fond d’eau glacée.

Le sol sur lequel nous marchons menace de s’écrouler, nous faisons au plus vite. Nous découvrons ensuite les deux chambres de l’habitation, dans lesquels les chiens se cachaient. L’un d’entre eux ne sait plus se déplacer tellement sa couche de nœuds est épaisse et s’emmêle dans ses pattes. La douleur que lui inflige ce «casque de poils» le rend agressif. Nous embarquons les premiers, nous devons y aller en douceur, ils sont terrorisés.

Nous soulevons ensuite le matelas de la chambre principale et l’horreur se produit! Un chien est couché sur le cadavre d’un autre, ne voulant pas le laisser. Nous parvenons tant bien que mal à le prendre en charge et à l’amener en sécurité.

Nous trouvons ensuite un autre cadavre de chien en dessous d’une garde de robe, sans compter tous ceux que nous n’avons certainement pas pu voir.

Et alors que la prise en charge a duré deux heures, nous découvrons en partant que l’un des chiens se cache depuis le début sous un meuble. Affolé, il n’osait pas en sortir.

Le calvaire est-il terminé?

Malheureusement non. Nous trouvons ensuite un croisé dogue argentin dans une autre pièce de la maison remplie de cages pour rongeurs et oiseaux, heureusement vides. Il est caché derrière des débris, affolé et menaçant. Après de nombreuses tentatives ratées et des bénévoles qui se mettaient en péril, nous décidons de le tranquilliser avec notre vétérinaire.

Notre refuge est full. Il faut trouver une solution au plus vite. Si un refuge ne le prend pas dans l’heure, les autorités prendront la décision de l’euthanasier. Après quelques recherches, il est parti sereinement vers l’arche de Noé.

L’habitation, classée insalubre, n’était plus occupée par les propriétaires depuis plusieurs années. Seuls les animaux étaient restés là et étaient nourris de temps à autre avec des sacs que les propriétaires ouvraient directement sur le sol. De la reproduction non contrôlée était également effectuée. Nous retrouvons ensuite un autre cadavre de chien dans le fond du jardin, nous prions pour que le calvaire s’arrête enfin.

Nous sommes au bout émotionnellement, en pleurs pour la plupart, nous faisons face à un échec. Nous n’avons malheureusement pas pu sortir de là ces animaux morts sans la moindre considération. Ils seront nés et morts dans cette habitation macabre, ils n’ont jamais pu voir autre chose.

Nous avons au total recueilli 13 chiens, 3 tortues d’eau et nous avons dénombré 3 cadavres de chiens et 7 de tortues. Seize survivants pour dix morts. Le constat est lourd.

Nous remercions d’ores et déjà les Petits vieux qui prendront en charge les deux chiens les plus âgés, L’arche de Noé pour la prise en charge du dogue argentin ainsi que la SPA de Mouscron qui prendra également en charge trois d’entre eux.