Coronavirus: quels sont mes droits en tant que voyageur?

Coronavirus: quels sont mes droits en tant que voyageur?

L’Union européenne a relevé son évaluation du risque à «modéré à élevé», avec un dernier bilan de 2.100 cas confirmés dans 18 pays membres. Sans compter le dernier décès en France, l’UE comptabilisait en fin de matinée sur son territoire 38 décès, dont 35 en Italie. AFP

Quels sont mes droits en tant que voyageur lorsque mon voyage ou mon vol est annulé?

L’épidémie de coronavirus peut avoir des conséquences importantes pour les voyageurs, qui sont confrontés à des annulations de voyages/vols par les organisateurs de voyage/compagnies aériennes, reconnaissent lundi la ministre fédérale de l’Economie et des Consommateurs Nathalie Muylle (CD&V) et le SPF Economie. Il est également possible qu’ils veuillent annuler leur voyage de leur propre initiative à cause du virus. Un site internet a dès lors été mis en place pour répondre à leurs questions.

 

 

La ministre souhaite que les consommateurs et les entreprises qui ont des questions ou dont les activités sont touchées par le virus soient bien informés. Quels sont mes droits en tant que voyageur lorsque mon voyage ou mon vol est annulé? Voilà quelques-unes des questions auxquelles répond le SPF Economie sur son site internet, qui est mis à jour régulièrement.

Les voyageurs qui ont des questions sur les conséquences du coronavirus peuvent y consulter cette page qui y est spécifiquement dédiée.

La ministre rappelle en tous les cas que les personnes ayant opté pour un voyage à forfait (combinaison de transport et d’hébergement, ou l’un de ces éléments avec d’autres services de voyage comme la location d’une voiture sur place) peuvent l’annuler sans frais ou sans devoir payer d’indemnités en cas de «circonstances inévitables et extraordinaires».

L’organisateur de voyage qui annulerait un voyage pour ces raisons ne doit pas par ailleurs pas accorder d’indemnisation au voyageur dans un tel cas de figure.

Le SPF Economie précise sur son site internetce qu’il faut entendre par «circonstances inévitables et extraordinaires.» Il ne peut par exemple être question d’une telle situation si le coronavirus frappe dans le nord d’un pays (comme l’Italie, NDLR) et que le voyage se poursuit vers le sud du pays sur plusieurs centaines de kilomètres, illustre-t-on.

«Ce ne sera pas non plus le cas si vous souhaitez annuler aujourd’hui un voyage à forfait dont la date de départ est prévue dans les mois à venir. Il ne sera pas non plus possible d’invoquer des circonstances inévitables et exceptionnelles, par exemple lorsqu’un hôtel déterminé est mis en quarantaine et que le voyage à forfait prévoit un séjour dans un autre hôtel de la même région ou de la même ville», détaille encore le SPF Economie.

 

Un impact sur les entreprises belges

 

Les mesures sanitaires et économiques prises à travers le monde affectent par ailleurs les entreprises belges. Avec la suspension temporaire mais massive des activités en Chine, de nombreuses autres entreprises dans le monde entier sont également en difficulté, ce qui peut se répercuter sur certaines sociétés belges.

En raison de l’impact du coronavirus, celles qui sont touchées pourront invoquer le système de chômage temporaire pour force majeure. Elles peuvent dès lors s’adresser à l’Office National de l’Emploi (Onem) pour avoir recours à ce système, en démontrant notamment clairement qu’il existe un lien entre le coronavirus et la force majeure.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos