SANTÉ

Coronavirus: l’épidémie continue de progresser avec un premier cas en Irlande

Coronavirus: l’épidémie continue de progresser avec un premier cas en Irlande

AFP

Le gouvernement irlandais a annoncé samedi son premier cas de coronavirus, un Irlandais de retour du nord de l’Italie.

Le gouvernement irlandais a annoncé samedi son premier cas de coronavirus, un Irlandais de retour du nord de l’Italie.

LIRE AUSSI | Coronavirus : de nouvelles mesures à l’aéroport de Charleroi après le passager contaminé

L’homme, originaire de l’est de l’Irlande, a «reçu une prise en charge médicale» dans le cadre de «protocole établis» après un diagnostic positif au covid-19, a annoncé le ministère de la Santé.

«Ce cas est lié à un voyage dans une zone touchée, le nord de l’Italie», a-t-il ajouté.

Les autorités sont parvenues à identifier rapidement les contacts que ce patient a pu avoir avec d’autres personnes afin de les «informer et de les conseiller pour éviter une propagation plus importante».

«Nous nous sommes préparés à cette éventualité depuis janvier», a déclaré le ministre de la Santé Simon Harris.

Le match du tournoi des Six Nations opposant l’Italie à l’Irlande qui devait se tenir à Dublin le 7 mars a été reporté cette semaine en raison de l’épidémie.

Sa voisine, l’Irlande du Nord, qui appartient au Royaume-Uni, avait enregistré un premier cas positif, qui vient s’ajouter aux 23 cas déjà confirmés en Grande-Bretagne.

Il s’agissait alors d’une femme qui avait transité par l’aéroport de Dublin, lors de son retour du nord de l’Italie.

L’Arménie a aussi enregistré dimanche son premier cas de patient infecté par le nouveau coronavirus, un citoyen arménien récemment revenu d’Iran qui a été hospitalisé dans un état stable dans ce pays du Caucase.

Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a précisé sur Facebook que «toutes les personnes qui ont interagi avec le patient seront placées à l’isolement», soit une trentaine de personnes.

Un premier mort aux USA

Le coronavirus a fait un premier mort aux États-Unis, annoncé samedi, et poursuit sa progression dans le monde, particulièrement en Corée du Sud et en Europe, la France devenant un nouveau foyer derrière l’Italie.

C’est un homme d’une cinquantaine d’années qui a succombé au virus dans l’État de Washington. Un Américain était déjà mort début février des suites du Covid-19, mais à Wuhan, en Chine.

Donald Trump a demandé aux médias de «ne pas encourager la panique».

L’épidémie s’approche des 3.000 morts pour plus de 86.000 cas dans une soixantaine de pays – dont près de 80.000 cas pour 2.870 décès en Chine, selon le dernier point fait dimanche.

Un Australien de 78 ans, ancien passager du paquebot Diamond Princess, mis en quarantaine au large du Japon, a été la première victime du coronavirus dans le pays, ont annoncé dimanche les autorités sanitaires. L’homme est mort tôt dimanche matin dans un hôpital de Perth (sud-ouest), a indiqué à l’AFP une porte-parole du ministère de la santé de l’Etat d’Australie-Occidentale.

Son épouse, âgée de 79 ans et également contaminée à bord du paquebot, reste hospitalisée à Perth. Plus de 700 cas de coronavirus s’étaient déclarés parmi les passagers et membres d’équipage de ce bateau de croisière.

«Le processus de la quarantaine n’a pas été parfait», avait reconnu le directeur du département des maladies infectieuses au Centre national du Japon pour la santé et la médecine, Norio Ohmagari.

Le couple faisait partie des quelque 160 Australiens évacués du navire mi-février, et avait été testé positif au nouveau coronavirus après son rapatriement.

Il avait été transféré en unité d’isolement à l’hôpital de Perth le 21 février, tandis que les autres anciens passagers avaient été placés en quarantaine dans un camp pour travailleurs de l’industrie minière désaffecté près de Darwin (nord).

Dans un premier temps, l’état des deux septuagénaires n’avait pas inspiré d’inquiétude. Mais la santé de l’homme s’était ensuite détériorée, a expliqué Andrew Robertson, un responsable du ministère de la santé d’Australie-Occidentale.

Il a insisté sur le fait que le couple avait été isolé très rapidement et qu’il ne représentait «aucun risque» pour la population ou le personnel médical.

Dimanche également, les autorités sanitaires de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud ont confirmé un 26e cas de contamination au coronavirus en Australie, un quadragénaire qui avait voyagé en Iran. Il s’agissait du deuxième Australien infecté dans ce pays.

Tous les autres cas de contamination concernent des personnes venant de la province chinoise du Hubei, épicentre de l’épidémie.

Une progression inquiétante

La Corée du Sud, deuxième pays le plus touché après la Chine, où l’épidémie s’est déclarée en décembre, a recensé dimanche 376 cas supplémentaires, pour un total de 3.526 contaminations, dont 17 morts.

Autre signe inquiétant, le pays a enregistré son premier cas de recontamination: une femme de 73 ans testée positive au virus après en avoir guéri.

Si en Chine, le nombre de contaminations a globalement diminué grâce aux mesures de quarantaine visant plus de 50 millions de personnes, d’autres pays deviennent à leur tour des sources régionales de propagation du Covid-19, au premier rang desquels la Corée du Sud, l’Italie et l’Iran.

En Europe, la France, désormais le deuxième foyer de l’épidémie sur le continent, a annulé tous les «rassemblements de plus de 5.000 personnes» en milieu fermé, comme la dernière journée du Salon de l’agriculture dimanche.

La décision s’applique aussi à certains événements en extérieur, comme le semi-marathon de Paris le même jour. Au total, cent personnes ont été atteintes par le nouveau coronavirus dans le pays, dont deux sont mortes.

Sa voisine, l’Italie, qui a dépassé le millier de cas de contamination dont 29 morts, a également pris des mesures drastiques, comme la fermeture des écoles dans trois régions du nord, l’annulation d’événements sportifs ou culturels, y compris le report ce week-end de cinq matches de championnat de football (Serie A), et la mise en quarantaine depuis une semaine de 11 communes du Nord, poumon économique du pays.

Le Luxembourg a fait état de son premier cas, un homme d’une quarantaine d’années revenu d’Italie.

Bilan contesté en Iran

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait porté vendredi à «très élevé» le niveau de la menace et appelé tous les pays encore épargnés à se préparer à l’arrivée du Covid-19. Elle a averti que se croire à l’abri de la maladie serait une «erreur fatale».

La mise en garde est confortée par les annonces quotidiennes de nouveaux pays ou régions affectés.

Après le Brésil, où un deuxième cas a été confirmé samedi, et le Mexique, un nouveau pays d’Amérique latine a été touché samedi: l’Équateur. La patiente est une septuagénaire équatorienne qui revenait d’Espagne.

Téhéran a fait état samedi de neuf nouveaux décès, portant le bilan officiel à 43 morts. Mais la radio BBC Persian, citant des sources hospitalières, évoque un bilan d’au moins 210 morts, très supérieur aux statistiques officielles.

Le ministère de la Santé s’est défendu, mettant en avant «la transparence exemplaire de l’Iran dans la publication d’informations sur le coronavirus».

L’Arabie saoudite voisine, qui avait déjà suspendu l’entrée des pèlerins se rendant à La Mecque, a interdit aux ressortissants des pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) d’entrer dans ses villes saintes de La Mecque et Médine (ouest).

L’un de ces pays, le Qatar, a annoncé samedi un premier cas, un de ses ressortissants de retour d’Iran.

Annulations en série

Aux États-Unis, outre ce premier décès, 21 cas ont été recensés (auxquels s’ajoutent 47 malades rapatriés dans le pays). Plusieurs patients diagnostiqués ces derniers jours n’avaient aucun lien connu avec un foyer de l’épidémie, ce qui laisse penser que la maladie se propage sur le sol américain.

M. Trump a annoncé qu’il recevrait lundi à la Maison Blanche des représentants des grands groupes pharmaceutiques pour évoquer la gestion de l’épidémie.

A New York, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a affirmé que ce n’était «pas le moment de paniquer mais de se préparer pleinement» à contenir la propagation du coronavirus.

Dans cette incertitude, la Bourse de New York a connu une semaine noire, avec un Dow Jones en baisse de plus de 12% sur les cinq derniers jours.

En Chine, l’activité manufacturière est tombée en février à son plus bas niveau jamais enregistré.

Une donnée toutefois encourageante sur le plan médical: sur plus de 85.000 personnes contaminées dans le monde, près de 40.000 sont déjà guéries, selon un décompte effectué par l’Université Johns Hopkins, aux États-Unis, qui compile des informations de l’OMS et des autorités sanitaires de chaque pays.

La bourse plonge

Les places boursières du Golfe, dont celle de Ryad, ont dégringolé dimanche à l’ouverture des marchés, affolées par les conséquences déstabilisatrices du nouveau coronavirus sur l’économie mondiale et les prix du pétrole en chute libre.

Aux alentours de 07H00 GMT, la Bourse de Ryad, plus gros marché de la région, perdait plus de 3%, la Bourse du Koweït dégringolait de plus de 9% et celle de Dubaï plongeait de 4,8%, tandis que la place d’Abu Dhabi chutait de 3,8%, les marchés locaux ouvrant le dimanche et fermant le jeudi dans le Golfe.