MONDE

15 000 migrants affluent à la frontière gréco-turque

15 000 migrants affluent à la frontière gréco-turque

AFP

Quelque 15 000 migrants ont afflué au long de la frontière gréco-turque à la suite des menaces lancées par le président turc Recep Tayyip Erdogan de laisser sortir les réfugiés voulant se rendre en Europe, a annoncé samedi l’ONU.

Au moins 2,000 migrants supplémentaires sont arrivés dimanche à la frontière grecque pour tenter de passer en Europe, après que le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé l’ouverture des frontières par la Turquie, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Arrivés d’Istanbul, les migrants, dont des Syriens, des Afghans et des Irakiens, et parmi lesquels se trouvent des femmes et des enfants, marchaient en file indienne à travers des champs en direction du poste frontalier de Pazarkule (Kastanies côté grec).

«Au moins 15 000 personnes sont présentes le long des 212 kilomètres de la frontière», selon l’Organisation internationale des migrations (OIM). L’agence de l’ONU précise que parmi les migrants se trouvent «des familles avec de jeunes enfants».

L’agence de l’ONU a indiqué que ses équipes suivaient le mouvement de population depuis Istanbul et fournissaient de l’aide aux plus vulnérables d’entre eux.

«Les équipes qui travaillent le long de la frontière de 212 kilomètres entre la Turquie et la Grèce […] ont décompté 13.000 personnes rassemblées aux points d’entrée officiels de la frontière à Pazarkule et Ipsala, ainsi qu’en d’autres endroits», a précisé l’OIM, ajoutant que les groupes comprenaient «de plusieurs douzaines à plus de 3.000 personnes».

«Le nombre de migrants venant d’Edirne (nord-ouest de la Turquie, NDLR) pour traverser la frontière grossit au cours de la journée à mesure que les voitures, taxis et les bus arrivent à Istanbul», a expliqué le chef de la mission turque de l’OIM Lado Gvilava.

«La plupart sont des hommes, mais on voit également des familles avec de jeunes enfants», a-t-il ajouté.

La Turquie a entrouvert vendredi ses frontières migratoires avec l’Europe, menaçant de laisser passer un nouvel afflux de réfugiés syriens si elle n’obtient pas un soutien actif de l’UE dans son bras-de-fer avec la Russie en Syrie.

Nos dernières videos