BELGIQUE

Carnaval d’Alost: demande d’enquête policière signée par des députés néerlandais

Carnaval d’Alost: demande d’enquête policière signée par des députés néerlandais

BELGA

La lettre a notamment été signée par dix organisations juives néerlandaises et associations interreligieuses ainsi que des politiciens nationaux des partis GroenLinks (écologistes), ChristenUnie (chrétiens-démocrates), D66 (libéraux socialistes) et SGP (chrétiens-traditionalistes).

Aux Pays-Bas, une dizaine d’organisations juives demandent une enquête approfondie sur le cortège du carnaval d’Alost. Malgré son appel à plus de compréhension à la suite du défilé de l’année passée, la communauté juive a constaté que cette année encore, des caricatures blessantes avaient défilé dans les rues de la ville flamande. L’appel à une enquête a été faite dans une lettre signée par les députés de quatre partis politiques néerlandais et transmise à l’ambassadeur belge à La Haye.

Cette année encore, Alost a été critiquée au niveau international après que toutes sortes de caricatures juives ont fait leur apparition dans le cortège du carnaval. «Il y a une différence essentielle entre l’évocation d’une caricature stéréotypée et l’évocation d’une caricature stéréotypée qui est hostile et dénigrante», selon les signataires.

«Propagande et provocation»

Cette année, les caricatures étaient «chargées d’une riche histoire de propagande et de provocation», peut-on lire dans la lettre. «Les caricatures de Juifs aux visages fâchés, entourés de lingots d’or ou même réduits à l’état de vermine sont des choses que nous ne devrions connaître que de par les livres d’histoire sur le racisme des royaumes médiévaux, de la Russie tsariste et de la propagande nazie.»

Les organisations et hommes politiques demandent aux autorités belges de prendre des mesures contre l’emploi de caricatures antisémites. «Depuis que les principes de lutte contre l’antisémitisme ont été compromis à la suite du carnaval, une enquête approfondie sur une éventuelle discrimination punissable en vertu du droit belge est pour le moins nécessaire.»

La lettre a notamment été signée par dix organisations juives néerlandaises et associations interreligieuses ainsi que des politiciens nationaux des partis GroenLinks (écologistes), ChristenUnie (chrétiens-démocrates), D66 (libéraux socialistes) et SGP (chrétiens-traditionalistes).

Un carnaval déjà critiqué l’an dernier

La ville d’Alost a été sévèrement critiquée l’année dernière à la suite de l’emploi de stéréotypes juifs, et cette année encore, 25 plaintes ont été reçues par Unia, Centre interfédéral pour l’égalité des chances. Patrick Charlier, le directeur du centre, ajoute que le bourgmestre d’Alost, Christoph D’Haese (N-VA) s’est abstenu de rencontrer des membres d’organisations juives à trois reprises. Cela a finalement conduit à la suppression du carnaval d’Alost de la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

Unia est en contact avec la police et le ministère public afin de vérifier si des poursuites judiciaires sont engagées sur base des 25 plaintes enregistrées en Belgique.